Le plaisir de photographier 2 (3)

Travailler pour monter.

Cette phase se passe
devant mon écran calibré.
Il me faut du temps, le temps
d'oublier ce que j'ai vu durant
la prise de vue, les sensations
qui existaient au moment où j'ai déclenché.

L'image sur mon écran ne correspond
plus qu'à une certaine objectivité.
Je ne veux pas qu'un sentiment, une sensation,
que sais-je encore vienne polluer
ce que je désire présenter.

Je commence par jeter tout
ce qui ne doit pas être gardé.
Quelques fois, je marque encore
un temps d'arrêt après cette phase.

Ensuite, je choisis entre plusieurs clichés
d'une même scène, d'un même paysage,
d'un même portrait.
Pourquoi retenir une de ces vues plutôt qu'une autre ?
Les réponses sont si subjectives
que je ne saurai pas toujours
les expliquer.

Développement, masquage...
L'indécision face à certains choix,
l'angoisse est présente.
Il peut m'arriver de faire et refaire.

Puis la conception est finie.

Commentaires

1. Le mardi 1 mars 2011, 09:34 par Anthom

J'aime beaucoup la manière dont tu décris ta démarche de photographe! Cela me donne envie d'analyser la façon dont je prends et traite ensuite mes propres photos...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/391

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Pas si banal que cela

J’ai retrouvé 10€. Un ami a redonné signe de vie.

Une page professionnelle se tourne

Le premier septembre, je commence un nouveau travail. Je reste dans la même boite. Cet après-midi, j’ai envoyé un mail de remerciement à toutes les personnes qui m’avaient apporté leurs aides lors de mes trois derniers postes. Plein d’émotion.

Dimanche 123

Chat perché