Quand il faut apprécier un engueulot !

Hier, grâce à une négociation
nous avons obtenu que
plusieurs points soient revus
à notre faveur.

Nous étions ravies,
nous avons eu plus que ce que
nous avions prévu.
Derrière un verre, nous avons écrit
notre compte rendu.

Je rentre chez moi,
les bras chargés de fruits.
Mon portable vibre.
L'Engueulot commence.
Il m'est donc apparu que
ce que j'avais gagné était important.

Commentaires

1. Le mercredi 30 juin 2010, 11:38 par imposture

Mon­sieur Engueu­lot, svp, avec majus­cule! as-tu gardé un calme olym­pien?
laisse-moi devi­ner, des jaloux? désau­to­ri­sa­tion d’un supé­rieur?

2. Le mercredi 30 juin 2010, 14:02 par mirovinben

Heu… “Engue­­lot” : mékés­keucé ?

Com­plè­te­ment lar­gué je suis.

3. Le mercredi 30 juin 2010, 20:37 par Cunégonde

miro­vin­ben> c’est quand on se fait engueu­ler.
ilm­pos­ture> deuxième pro­po­si­tion:-)

4. Le samedi 3 juillet 2010, 11:11 par Ed

C’est le genre de notes que j’aime chez toi. Un texte bien écrit, qui sem­ble vital pour toi, et auquel je ne com­prends rien. Mais ce n’est pas l’essen­tiel.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/173

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Que faisons nous ?

Quand nous avons mal à la jambe droite ou au pied droit, nous boitons. Quand nous avons mal à la jambe gauche ou au pied gauche, nous boitons. Quand nous avons mal au pied droit et au pied gauche, que faisons-nous ?

Tour Effeil vue de l'intérieur du musée du Quai Branly

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Dimanche 98

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent. Il faut bien que je fasse un jeu de piste, dans le 18ième, pourvoir sa tombe.

Je suis allée au Bal

Nouveau lieu à Paris consacré entièrement à la photographie documentaire. J'ai connu cette impasse pourrie, il valait mieux ne pas s'y attarder la nuit venue. Des pavés en verre éclairés guident nos pas jusqu'à l'entrée. J'ai aimé ce lieu dès que j'ai poussé la porte. Murs blancs, sols béton cirés gris ; sobre et accueillant. Les hôtes sont agréables, la sensation d'être invité nous fait comprendre que nous nous y rendons pas par hasard. Je ne vous parle même pas de l'expo. Vous pouvez y aller juste pour y prendre un verre, goûter, les scones sont merveilleux accompagnés de leur confiture de framboise.

Qui l'eut cru que

Que j’avais un bon cœur. Il est bien irrigué, ça a bien scintillé. On s’en tient aux médocs.