LezSpace entre deux gouttes de pluie

Cy Jung et ma pomme,
nous nous rendons,
à la fête organisée par LezSpace.
Nous sortons du métro, il pleut.

Nous arrivons à l'Hélicon,
(99 rue de Charenton)
peu de monde,
ce n'est que le tout début de soirée.
L'ambiance est sympa.
Papotage éclair pour une visite éclair.

Des échanges plaisants,
moment d'émotion lorsque
j'ai entendu "j'aime bien banalités Cunégonde".

Nous sortons, nous faisons 20 mètres,
les bourrasques de pluie nous attaquent.
Trempées, nous entrons dans le métro.
La soirée a été agréable.

Commentaires

1. Le lundi 21 juin 2010, 10:50 par Mat.Webmiss

… et en plus, le com­pli­ment était sin­cère :-)
Merci d’être venue !

2. Le lundi 21 juin 2010, 13:20 par imposture

moi aussi j’aime bien les pen­sées de zabu­gonde. tu deviens célè­bre dans le milieu?

dis, elle finit dans le métro ta soi­rée?

3. Le lundi 21 juin 2010, 15:06 par Cunégonde

Mat.Web­­miss>Merci à toi pour avoir orga­­ni­sé une telle ren­­con­­tre.
Impos­­ture> dans mon lit, fati­­guée, elle a fini.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/167

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je suis rentrée

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Je ne voulais que prendre plaisir à l’oisiveté, et faire des photos. Les personnes que j’aime, ici, m’ont permis de faire plus, dans la gentillesse et le partage.

Il manque quelque chose

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

New York $7

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Se faire prendre la main dans la tablette

Gou­lu­ment, j’ava­lais mes car­rés de cho­co­lat un par un quand un jeune homme char­mant et timide m’accosta, pour me deman­der si je n’avais pas 5 minu­tes à lui con­sa­crer. Par un bruit de bou­che pleine, j’acquies­çais. A cet ins­tant pré­cis, je vis un bout de son badge: … con­tre la faim. Mon regard et le son que j’émis l’ont fait sou­rire. Je me sen­tis petite fille prise en fla­grant délit.

#Iwak 17

Rage depuis ce matin quand j’ai lu. Je ne peux pas dire que j’y pense à chaque instant mais régulièrement. Si on a le droit de dire ce que l’on veut sur les religions. Je n’ose pas imaginer ce que vivent les proches de Samuel Paty.