Un évènement particulier

Ce week-end, j'ai fait l'aller-retour,
pour fêter le siècle de ma sœur et de mon beau-frère.
Je ne suis pas une fêtarde,
je n'aime pas les trucs où
il faut danser, participer à des animations
plus niaises les unes que les autres.

Je n'aime pas non plus les repas familiaux.
Le paradoxe veut que
je ne puisse voir certains membres de la famille
que pendant ce genre de manifestations.

Des amis à eux étaient aussi invités.
Je les connaissais tous, sauf deux.
Un m'énerve dès que je le vois.
À chaque fois, il ne perd rien pour me lancer des piques.
J'y réponds bien que je sache que
l'indifférence serait la meilleure réplique.
L'ironie ou le cynisme sont contre lui mes armes.

Là, je lui rappelais énergiquement
que je vivais comme je voulais que
je me coucherais quand je voudrais.
Il répliqua qu'à évènement exceptionnel
comportement exceptionnel.

Depuis quand avoir 50 ans est-il exceptionnel ?
Vieillir, nous le faisons tous les jours
dans une banalité sirupeuse.
Certains, à un instant donné de leur vie, lèvent la tête
et croient qu'ils ont atteint un âge qui
mérite l'émerveillement, l'étonnement...
Jamais je n'ai eu le besoin de ne fêter
aucun de mes anniversaires.
J'apprécie que l'on me souhaite un bon anniversaire,
mais cela s'arrête là.
Pour mes 100 ans, ce sera différent.

Commentaires

1. Le mercredi 21 avril 2010, 07:41 par mirovinben

Wahou… l’est long ce billet dit donc. Et tou­jours avec cette pré­sen­ta­tion que j’affec­tionne. Lignes courte, nom­breux retours à la ligne… bien rythmé. Man­que juste la musi­que. Tt que je t’ai piqué (j’y ai juste ajouté un cen­trage en accord avec la photo).

50 ans n’est, en effet, ni excep­tion­nel (avec un peu de chance on y passe tous) ni dou­lou­reux… Je con­firme.

2. Le mercredi 21 avril 2010, 13:20 par imposture

excel­lente idée de miro! ajoute un mini lec­teur dans le marge, ce serait top!

quant à moi, je suis pour­tant encore assez loin des 50 ans, mais pen­ser que j’ai déjà l’âge d’être grand-mère me ferait dépri­mer, j’y pense mais j’essaie d’oublier très vite.

3. Le mercredi 21 avril 2010, 14:26 par Ed

Ben moi, on m’a fait un super cadeau pour les 50 ans, un con­cert privé auquel on peu assis­ter envi­ron 50 per­son­nes qui comp­tent pour moi, et je n’ai pas cra­ché des­sus. Ca m’a même fait oublier le temps d’une soi­rée que je deve­nais une vieille qui avait bcp moins à vivre que ce qui avait déjà été vécu. A cent ans, je ne pour­rai peut-être plus boire de cham­pa­gne, et mes amis seront peut-être morts, alors pour­quoi se pri­ver d’une belle fête ! Mais des gens qui n’aiment pas les fêtes ne sont pas venus, ça a fait de la place pour les autres, et c’était très chouette de leur part de ne pas venir.

4. Le jeudi 22 avril 2010, 11:38 par imposture

fais pas la sourde oreille!

5. Le jeudi 22 avril 2010, 15:22 par Cunégonde

Miro­vin­ben> merci
Impos­ture> Moi aussi, je suis grande tante depuis un temps cer­tain.
Je trouve ça mar­rant:-]]
Ed> bien ton cadeau.

6. Le vendredi 23 avril 2010, 13:24 par imposture

la sur­dité, c’était à pro­pos de la musi­que…

7. Le vendredi 23 avril 2010, 22:58 par Cunégonde

HEIN!! Quelle musi­que??

8. Le samedi 24 avril 2010, 07:12 par mirovinben

J’évo­quais le rythme de tes tex­tes en ajou­tant “man­que juste la musi­que”. Ce pro­pos a incité un autre mem­bre de ton fan-club à sou­hai­ter la mise en place d’un lec­teur MP3 sur ton blog.

Ce n’était pas mon inten­tion : je suis un tan­ti­net réfrac­taire aux vidéos et aux sons sur un blog et ne sau­rais trop dire pour­quoi.

9. Le samedi 24 avril 2010, 19:13 par Cunégonde

Miro­vin­ben, je te rejoins là, pour moi un blog, ce n’est que de l’écrit ou des pho­tos.
De plus, je suis au moins aussi fai­néante qu’Impos­ture pour cher­cher com­ment cela pour­rait se faire:-]]Et si par hasard, je trou­vait , il fau­drait que je cher­che quoi met­tre.

10. Le samedi 24 avril 2010, 22:17 par imposture

tu peux inven­ter des sons au lieu de te creu­ser la tête. et puis per­sonne n’est obligé d’écou­ter, miro­vin­ben, suf­fit d’arrê­ter le bas­trin­gue. mais pour intro­duire ton lec­teur, tu sais, si tu as besoin d’aide, ne compte pas sur moi, j’ai la répu­ta­tion d’être pares­seuse, autant en avoir le pro­fit rsrsrs!

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/137

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

C'est si facile de s'excuser

Quand une personne fait du mal à une autre, rare sont les fois où celle qui a blessé demande de quelle manière elle pourrait réparer. Souvent celle-ci se contente de s'excuser comme si nous sommes obligés de les accepter, ses excuses. Il est perdu de vue que des excuses se présentent, et qu'elles doivent être acceptées pour être reçues.

Trait de caractère★10

Je manque de tricoterie la vie serait plus légère avec. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

À chacun sa méthode ( billet en priorité pour quelqu'un qui s'intéresse au sujet)

Suite aux billets de Mirovinben, et de Franck, je me suis interrogée sur le traitement de mes prises de vues. Je n'utilise que les RAW. J'ai plusieurs cartes mémoire. Je transporte ces RAW sur le bureau de mon micro, grâce à un lecteur de cartes. Je ne touche plus à la carte mémoire tant que mes vues ne sont pas développées, au cas où. Le dossier dans lequel mes RAW se trouvent est nommé selon le sujet de la prise de vue, et la date ( par exemple jam17102010). Si sur la même carte, il y a plusieurs sujets, je crée plusieurs dossiers, et je dispatcherai mes RAW dans celui qui lui correspond. J'importe ensuite dans LR. Je crée un catalogue que j'identifie de la même façon que le dossier dans lequel les RAW se trouvent. Dans la bibliothèque de LR, je commence mon travail de tri. Toutes les vues qui ne me plaisent pas sont détruites, du catalogue et du disque. Je commence très rarement le développement en suivant. il peut se passer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Quand je me décide, je ne développe mes photos, une par une, jamais de traitement par lot. Là encore, je détruis les vues qui me déplaisent. Je travaille le RAW en couleur de manière à ce que le résultat coïncide à ce que je pense avoir vu. Il m'arrive de basculer en n&b. Selon le rendu que je souhaite, j'emploie LR ou je joue aussi avec CS4, où j'ai le pluging adéquat. Une fois le résultat final obtenu, j'enregistre un JPEG à la taille, et à la résolution dont j'ai besoin. Pour finir, je sauvegarde, avant je gravais même. Mais maintenant que j'ai trois disques durs externes, je ne le fais plus. Mes trois DD externes s'appellent rouge, rouge vif, et rouge foncé. Sur le premier, je ne place que mes RAW. Sur les deux autres, j'exporte le catalogue de LR. Par fainéantise, j'enregistre aussi les PSD que j'ai du générer, pour ne pas avoir à les refaire,et le JPEG que j'ai obtenu soit pour ma galerie ou autre. Je synchronise les deux DD pour achever ma sauvegarde. À ce moment-là, je formate ma ou mes cartes mémoire utilisées, et je les re-range dans mon sac photo.

Renoncement

Ce mot pour, je ne sais trop quelles raisons a rouvert ma boîte à questions. Le renoncement fait partie du deuil. Il m'a permis d'accepter (la partie la plus dure). Pourtant, renoncer pour moi a un rapport avec ma peur de manquer. Renoncer, c'est aussi assumer pleinement ses choix. C'est accepter de perdre ce que l'on ne veut pas ou ce que l'on pense, ne pas pouvoir pas perdre. Renoncer demande d'aller vers l'inconnu; L'inconnu, cet inquiétant stresseur Il faut lâcher, perdre, quitter ce que l'on possède pour pouvoir aller vers d'autres horizons. Le renoncement, nous aiderait-il à nous débarrasser de toutes les futilités qui encombrent nos vies ?

Appel à candidature

Où je bosse nous avons un site sur l’intranet pour trouver des apparts. J’en vois un dans le 20e qui me plaisait. Je téléphone au service concerné pour avoir un bon de visite. La personne que j’ai appelée étant absente, je lui laisse un message. Elle me rappelle pour m’expliquer que cet appart est trop cher pour moi. En poursuivant l’échange, elle m’explique même que si j’étais en couple ma recherche (qui n’en est pas vraiment une, car je me contente regarder ce qu’il y a de disponible.) serait plus simple et plus rapide. À ma question, dois-je trouver une colocataire ? La réponse a été : « il faut y réfléchir ».