Un sac à main

Il entre en voiture,
il est noir, énorme,
lourd et épais.

Il est porté par une personne
qui ne voit pas, et qui ne regarde pas.
Être dans son monde
au milieu de la foule
est très pratique pour
s'extraire de cette dure réalité.

Je suis en train de lire.
Mon livre bouge.
J'ai cru qu'il allait entrer
en collision avec mon visage.

Le sac se baisse,
je m'en sers pour appuyer mon bouquin.
La personne dont l'épaule porte ce sac
réagit en se retournant.
Mon grand sourire moqueur,
et l'arrivée à ma station ont
stoppé net ses réactions.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/134

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Genre

« Je connais un couple d'ils, et une couple d'elles. » J'apprécie beaucoup ses ptites erreurs de langage.

chat.jpg

J'ai fait joujou

Grâce à mon backup fait avec acr@nis, j'ai remis mon micro au propre, il est tout beau. Surtout il marche beaucoup mieux. Je me suis donc amusée avec un logiciel photo oublié. Cela donne ça:

Il y a 24 ans et plusieurs heures

J'étais la plus malheureuse au monde. Aujourd'hui, je m'étonne de ne ressentir que de la tristesse.

Je dois tout faire

Trouver les cèpes; les ramasser; les nettoyer; les cuisiner (pour la première fois); et les déguster.

La rue de Paradis n'est pas celle du Paradis

Face à l’entrée de la cité Paradis, se trouvaient une femme avec un homme et moi, je cherchais mon chemin. Tout d’un coup, l’homme attrapa la femme par le cou, elle se mit à pleurer, il l’entraina vers un immeuble. Je me suis entendue dire « non, mais ça va pas ». Mais je n’ai rien fait, quoi ? Je ne savais pas. Ils sont entrés dans l’immeuble, et plus rien. Mon impuissance me choqua.