Des Mots

Écrire n'est pas aisé pour moi,
j'aime pourtant m'exprimer sous cette forme.
Ce n'est pas que ce que je dise soit capital,
juste que cela m'est nécessaire.
Le blog est le moyen qui me convient bien.

Écrire ne m'est pas facile d'où mes textes courts.
Si certains comme Franck, Kozlika
m'ont aidé pour que ce blog existe.
Sans le savoir Cy Jung m'aide pour les mots.
Souvent je lis son LexCy(que).
J'apprécie son travail sur les mots.
Ses recherches, ses explications... me donnent envie
de faire plus attention à ma manière de jouer avec mon vocabulaire.

Commentaires

1. Le jeudi 11 février 2010, 20:52 par mirovinben

J’aime te lire. Phra­ses cour­tes, mots choi­sis. Rien de super­flu, juste l’essen­tiel. Limite haïku. Tout mon con­traire (phra­seur, ver­beux, com­pli­qué). Et te lire m’a donné envie de pur­ger, sabrer, pon­cer mes tex­tes. Pas facile mais très ten­tant.

Merci.

2. Le vendredi 12 février 2010, 10:24 par Cunégonde

Tou­chée

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/100

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

#Iwak 26

Je ne cache pas mon angoisse si je ne pouvais pas rentrer dans mon village. Je ne cache pas non plus, mon angoisse d’y rentrer. Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

Ween-end compote

J’ai acheté 9kg de pommes 8 passeront en compote, avec ou sans cannelle. C’est la deuxième fois que je fais ça depuis que je me suis achetée un stérilisateur électrique.

Recherche pieuse

Une femme geek qui sait par­ler dot­clear en seconde lan­gue et qui me ferait le thème rêvé pour mon blog. Une femme qui sait cui­si­ner les plats et les des­serts que j’aime, qui me fasse aussi d’autres pro­po­si­tions qui ne me fasse pas la tête si par le plus malen­con­treux des hasards je n’appré­cie pas. Une femme qui sait accep­ter le peu d’acti­vité que j’ai. Soit ne rien faire, ou pas grand-chose, mar­cher et faire des pho­tos, sans elle, pas­ser des heu­res devant mon micro. Une femme qui sait accep­ter mes peurs, mes angois­ses, sans qu’elle dise ” mais ça ne sert à rien d’angois­ser”. Une femme qui sait s’accom­mo­der de mes con­tra­dic­tions et de mes para­doxes, sans les poin­ter du doigt car elle en a elle aussi. Une femme qui sait…

Écoute

Je n’écoute pas assez les autres.