Mais bordel...

qui peut me dire
ce que peut bien être
une vraie femme,
un vrai homme??

Quelles qualités faut-il avoir?
De quels défauts faut-il être affublé?

Commentaires

1. Le jeudi 21 janvier 2010, 11:23 par Yo

Il est pas tant ques­tions de qua­li­tés et de défauts que de cor­res­pon­dan­ces avec des cli­chés et nor­mes : être une vraie femme ou un vrai homme, c’est cor­res­pon­dre à l’image géné­ri­que du cli­ché bio­lo­gico-genré d’une société don­née. Le “vrai” en ques­tion étant une sorte d’idéal met­tant en avant de manière exa­cer­bée les sup­po­sés traits typi­ques de cha­que genre. Il y a par­fois plu­sieurs modè­les un peu dif­fé­rents dans une société, cepen­dant de nom­breux traits sont com­muns.
La femme est… fémi­nine (ah !), l’homme est viril. Ce ne sont pas des qua­li­tés au sens d’oppo­sés des défauts, mais qua­li­tés au sens de ce qui est essen­tiel (l’essence de l’indi­vidu).
L’image de la femme se retrouve dans “Elle”, “Marie-Claire” et “Femme actuelle”, celle de l’homme dans “FHM”, “Auto Plus” et “Mana­ge­ment maga­zine”.
Les “vrais” ont au moins un trait par­ti­cu­lier, par­fois outran­ciè­re­ment déve­loppé, ou plu­sieurs traits de l’homme ou la femme type.
C’est bien pour­quoi les homos peu­vent trans­gres­ser par­fois les nor­mes, mais les trans­sexuels les con­for­tent.

2. Le jeudi 21 janvier 2010, 12:16 par imposture

les homos ne trans­gres­sent rien, ils font ce qu’ils ont envie de faire et les trans ne sont pas des super­cli­chés du bio­lo­gico-genré, sauf dans la pers­pec­tive hété­ro­nor­mée.

et l’inter­sexua­lité alors, une erreur de la nature peut-être? oui pour les hété­ro­nor­més. mais naî­tre avec deux sexes pour­rait être viva­ble, inté­res­sant, s’il n’y avait pas autant de nor­mes et autres limi­ta­tions qui trau­ma­ti­sent et cul­pa­bi­li­sent.

si on observe bien, plus de la moi­tié des espè­ces con­nais­sent des varian­tes sexuel­les qui défient tou­tes nos peti­tes caté­go­ries de trouillards…

…et si on pou­vait déci­der notre code bio­lo­gi­que xx xy wxz xxy yyx xyxyxyx wzw zzz et le genre mutang et que per­sonne ne nous met­tait dans les casiers de la déviance ou de l’exa­gé­ra­tion de la norme, hein?

3. Le jeudi 21 janvier 2010, 15:25 par Yo

Les homos, jus­te­ment en fai­sant ce qu’ils veu­lent, trans­gres­sent une norme sociale qui attri­bue les gen­res et les rôles de “vrais hom­mes et fem­mes” qui font les “vrais parents”. Ce n’est pas par volonté de trans­gres­ser, mais le résul­tat est là, les nor­mes bou­gent.
Pour les trans, je ne parle pas des cli­chés mais des dis­cours des trans eux-mêmes et de leurs reven­di­ca­tion même de trans. On ne parle que de trans quand jus­te­ment se pose pour quelqu’un la ques­tion de son rap­port au genre et au sexe donc découle le prin­cipe du genre = appa­rence (je me sens femme donc je recher­che l’appa­rence d’une femme pour les autres, voire l’iden­tité bio­lo­gi­que appa­rente) cor­res­pond au schéma qui norme le “vrai” : la reven­di­ca­tion de l’état civil cor­res­pond au genre que l’on res­sent est une nor­ma­li­sa­tion. Si elle a un sens pour vivre socia­le­ment, elle a aussi un sens de con­ser­va­tion. Même pour le PASST qui ne défend pas l’opé­ra­tion et le change de sexe donc d’état civil comme l’ASB, il y a un rap­port aux appa­ren­ces, bien que ques­tionné.
Dans le pre­mier cas, c’est bien l’orien­ta­tion dont il est ques­tion, dans le sens c’est l’iden­tité, indé­pen­dam­ment de l’orien­ta­tion (un trans homo a une volonté de nor­ma­li­sa­tion de la codi­fi­ca­tion des gen­res et trans­gresse d’autres nor­mes).
Con­cer­nant l’inter­sexua­lité, le pro­blème est de ren­voyer cela encore aujourd’hui sur le médi­cal. J’avais un copain opéré et “hor­moné” pour “deve­nir” un gar­çon à l’ado­les­cence quand son inter­sexua­lité s’est impo­sée à son entou­rage et donc au corps médi­cal, qui adulte s’inter­ro­geait. Tou­te­fois, au-delà de cela, la ques­tion du clas­se­ment admi­nis­tra­tif et social omni­pré­sente for­mate les esprits. Ce n’est pas tant la ques­tion de la déviance, mais déjà de l’obli­ga­tion de choix qui est struc­tu­rante de nom­breux domai­nes sociaux.
Je suis bien d’accord que vivre avec deux “sexes” seraient viva­bles, tout comme bous­cu­ler les gen­res, mais il y a des réa­li­tés socia­les à iden­ti­fier pour pou­voir s’y oppo­ser.
Ce sont peut-être de sim­ples dis­cours pour cer­tains, mais mili­ter demande à déjà com­pren­dre les res­sorts sociaux, iden­ti­tai­res, médi­caux, etc. pour ten­ter de faire évo­luer les men­ta­li­tés, les dis­cours, les pra­ti­ques,… et les con­sé­quen­ces vio­len­tes des nor­mes du “vrai” genre.

4. Le jeudi 21 janvier 2010, 16:39 par imposture

ok, au temps pour moi. la mili­tance est un tra­vail de four­mis auquel je ne me ris­que­rais guère n’étant qu’une impos­ture.

5. Le jeudi 21 janvier 2010, 17:14 par samantdi

Même en étant hétéro, on est con­fronté à la ques­tion de la vraie femme : elle est sur­tout posée par des per­son­nes qui veu­lent pren­dre le con­trôle de la défi­ni­tion. De même que Bes­son lance le débat sur l’iden­tité fran­çaise, ceux ou cel­les qui impo­sent leur défi­ni­tion de la “vraie femme” ont une idée der­rière la tête (= se met­tre eux en valeur et s’impo­ser).

L’une des affir­ma­tions les plus enten­dues est : “on n’est une vraie femme que quand on a eu des enfants” mais on peut aussi trou­ver “on est une vraie femme si on a une vie sexuelle… si on jouit, les autres sont des mal bai­sées”

C’est pour cela qu’indé­pen­dam­ment des orien­ta­tions sexuel­les (homo/hétéro) on a tous inté­rêt à ne pas trop met­tre nos pas dans ceux qui prô­nent une nette clas­si­fi­ca­tion par genre, disons que notre ambi­tion com­mune, hom­mes et fem­mes, devrait être de tout faire pour être “de vrais humains”, avec tout ce que ce mot veut dire.

6. Le jeudi 21 janvier 2010, 20:04 par anita vraie blogueuse

Pff! c’est sim­ple, c’est gzac­te­ment comme être un vrai fran­çais.
j’vouas pas où est le pro­blème!

7. Le jeudi 21 janvier 2010, 21:33 par Yo

Ben, le pro­blème est que beau­coup de gens s’appuient sur ces ima­ges, cli­chés et nor­mes pour juger, reje­ter, clouer au pilori, met­tre dans des char­ters… Je pense que l’inter­ro­ga­tion de Cuné­gonde vient d’une réac­tion à ces juge­ments arbi­trai­res.
C’est sûr que tout le monde peut en souf­frir, même si les fem­mes peu­vent ne plus se marier et être sou­mise corps et âme à leur mari, le regard sur cel­les qui ne sont pas “casées”, lif­tées, min­ces, etc. est ter­ri­ble.
Il est inté­res­sant de pren­dre tout ce qui peut remet­tre en cause les nor­mes pour les inter­ro­ger, sépa­rer le sexe du genre pour limi­ter les dégâts, mais c’est clai­re­ment un long che­min…

8. Le samedi 23 janvier 2010, 09:39 par Yo

Et être une “vraie” blo­gueuse, c’est quoi ? Là, je ne vois pas où est le pro­blème…

9. Le samedi 23 janvier 2010, 11:31 par Cunégonde

En fait, je ne sais ce qu’est un(e) vrai(e)…
Je trouve cela irres­pec­tueux.
Quand par hasard j’emploie cette expres­sion c’est tou­jours
de façon soit iro­ni­que, soit cyni­que.

Je pense qu’Anita, là est un tan­ti­net moqueuse:-]]]]

10. Le samedi 23 janvier 2010, 14:24 par Ed

Quand je vois les longs dis­cours que déclen­che une petite note de Cuné­gonde, je com­prends qu’elle soit si peu pro­lixe.
Je n’ai pas tout com­pris, mais dès que j’ai des vacan­ces, je viens relire. Je ne suis ni une vraie mili­tante, ni une vraie intel­lec­tuelle !

11. Le samedi 23 janvier 2010, 19:36 par Yo

Déso­lée, je pen­sais qu’il était pos­si­ble de répon­dre en pre­nant son temps et réflé­chis­sant aux inter­ro­ga­tions de Cuné­gonde, avec qui je peux avoir des dis­cus­sions intel­lec­tuel­le­ment inté­res­san­tes.
J’ai com­pris à vos réac­tions que cela ne con­vient à tous, je n’ai sans doute pas com­pris ce qu’était une vraie blo­gueuse et com­pa­gnie. L’iro­nie est une arme de qua­lité quand elle ne sert pas au mépris, jus­te­ment évo­qué dans la note de Cuné­gonde…

12. Le samedi 23 janvier 2010, 20:30 par Cunégonde

Mais moi j’ai appré­cié tes répon­ses à mes inter­ro­ga­tions,
alors tu vou­dras bien con­ti­nuer, dis??????????

13. Le dimanche 24 janvier 2010, 20:33 par Ed

Oh ! humour et iro­nie ne veu­lent pas for­cé­ment dire mépris. C’est juste que d’un seul coup on trou­vait ici de longs dis­cours aux­quels on n’est pas habi­tué, et pour­tant je fré­quente ce blog depuis plu­sieurs années !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/89

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

voeux.jpg

Bonne Année

Ce matin, j'ai reçu cette photo avec un superbe texte chaleureux pour me souhaiter la bonne année, je ne vous communiquerai pas le texte. Je l'envoie aussi pour vous souhaiter une bonne année. Que 2010 vous procure tout ce que vous souhaitez.

Je me suis fait tester

Il y avait un dépistage organisé pas loin de chez moi. Après maintes hésitations, j’ai décidé d’y aller. Je me retrouve face à quelqu’un qui me parle pour m’expliquer la marche à suivre. Je ne l’écoute plus, son masque est sous son nez. Elle me parle et je ne suis pas sûre d’être à plus 1m d’elle. La seule chose que je suis capable de lui dire est : votre masque est sous votre nez. Sa collègue aperçoit mon “malaise”. Elle me dit de rejoindre la file. Je me suis levée. Et j’ai attendu mon tour pour le médecin. Ensuite le test de la goutte sur le doigt, puis le test, dans le nez, fortement désagréable. Les résultats de la goutte de sang sont négatifs. Les autres, je les aurai mardi. S’ils sont positifs, je serai appelé avant.

26

Les 26 plus riches personnes, au monde, détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

Détail dans le bus. 7

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.