Handicap

Vendredi soir, j'étais au Centre LGBT
pour photographier Cy Jung qui
animait un débat sur le handicap et la sexualité.

Je n'ai pas pris part au débat,
j'ai écouté, des histoires, des parcours cassés,
j'ai entendu de l'espoir.

Je me suis interrogée sur ce
que j'étais capable d'accepter
comme handicap chez l'autre.

Je serai tentée de dire
un petit, tout petit qui passe partout.
Cela existe t-il pour autant?
Les handicaps qui se voient le moins
ne sont ils pas les plus contraignants?

La réponse, sans être réellement
confrontée à la question, est faussée.
J'ai toujours su ce que je ne voulais pas.
L'inverse est atrocement moins vrai.

Je me souhaite juste
de ne pas être le handicap de l'autre.

Commentaires

1. Le lundi 19 octobre 2009, 18:07 par imposture

très intéressant comme thème. quoi d'autre? je dis ça pour ne pas encore dire une connerie que j'ai sur le bout la langue (c'est mon handicap, très contraignant, je ne le cache pas toujours bien, en fait).

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/44

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je dois tout faire

Trouver les cèpes; les ramasser; les nettoyer; les cuisiner (pour la première fois); et les déguster.

Même plus de mots

J’envoie un message par messenger à une amie, elle me répond avec un émoji. Soit, si j’avais voulu une réponse plus complète, c’était pareil. Je réponds à un sms de collaboratrice. En retour, j’ai un pouce levé. Face à tant de vocabulaire, moi qui n’ait pas tant que ça, je me demande comment vont finir nos échanges.

Le choc, ce matin

En allant faire mes courses, un mec a essayé de me refiler un tract pour la manif de demain. BEURK !!!!!

Toucher

J’ai touché des poissons, à l’aquarium de Paris. C’est rigolo