#Iwak 19

Comme je suis un peu étourdie,
Je ne sais pas si
je vais être rentrée à temps.


Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

Il y a 32 ans

Il y a 32 ans mourait ma mère.
Mon monde s’effondrait.
Il y a quelques jours,
la mère d’une amie mourait aussi violemment.
Son monde est effondré.
Je m’inquiète sur ma capacité à
l’aider, tellement cette similitude me heurte.

Je suis pas encore prête

Ce matin, je vais au marché.
Il n’y avait plus le film plastique
qui protégeait les vendeurs.
Les gens n’avaient plus de masques.
Sur le coup, j’étais étonnée,
pas rassurée.

Je me suis fait tester

Il y avait un dépistage organisé
pas loin de chez moi.
Après maintes hésitations,
j’ai décidé d’y aller.
Je me retrouve face à quelqu’un qui
me parle pour m’expliquer la marche à suivre.
Je ne l’écoute plus,
son masque est sous son nez.
Elle me parle et je ne suis pas sûre
d’être à plus 1m d’elle.
La seule chose que je suis capable
de lui dire est : votre masque est sous votre nez.
Sa collègue aperçoit mon “malaise”.
Elle me dit de rejoindre la file.
Je me suis levée.
Et j’ai attendu mon tour pour le médecin.
Ensuite le test de la goutte sur le doigt,
puis le test, dans le nez,
fortement désagréable.
Les résultats de la goutte de sang
sont négatifs.
Les autres, je les aurai mardi.
S’ils sont positifs,
je serai appelé avant.

Seule

La crise d’Épi m’a renvoyé avec violence
ma solitude en pleine face.
Seule, je serai un jour,
à devoir prendre une décision qui
maintenant me fait peur.
Seule, je suis aujourd’hui
avec cette réflexion-là.
Cette situation me rappelle que
la mort fait partie de la vie,
de façon encore plus intense que le COVID.

Jour 50 du déconfinement

J’étais étonnée que
la rhumato maintienne mon RDV.
J’y suis allée avec un masque.
Elle était rassurée.
Mon canal carpien droit fait des siennes.
Je me retrouve avec une attelle
pour dormir.
Au poignet gauche,
ce n’est qu’une tendinite.

J’ai fait 17254 pas.

Chartres

Chartres, ça a l’air pas mal.
Ce n’est pas très japonais,
c’est surtout que
c’est à moins de 100 km de Paris.
Je crois que j’irai y faire un tour,
pendant mes vacances de début juin.

Jour 17 du déconfinement

La journée a commencé très, trop tôt 5h.
Un sms avait fini d achever ma nuit.
Elle avait des symptômes.
12h30, c’est bien ça, 2 semaines d’arrêt.
En espérant qu’elle n’ait pas une forme sévère.
Plus la crise avance,
plus j’angoisse car il y a de plus en plus
de personnes que je connais,
de proches qui l’ont.
Je me sens démunie et impuissante.
La journée a été compliquée.
En allant prendre le métro,
j’ai vu une enfant et sa mère
avec chacune un masque rose.
Ça m’a achevé.

J’ai fait 16519 pas et
monté une centaine de marches.

Jour 16 du confinement

Un collègue a ce fichu virus.
Du moins, son toubib a dit
qu’il y avait de gros soupçons.
Ça m’angoisse.
C’est bientôt les prestations,
et je sais ce que cela signifie pour beaucoup.
Mon boulot prend toute son importance,
à cette période du mois.
J’ai mangé un sorbet,
pour me remettre de mes émotions.
Je ne sais pourquoi
j’ai lu l’étiquette.
Un quart de sorbet était du sucre !

Ce soir Paris Carnet sur le net.
C’était sympa.
J’ai mis des têtes sur les noms.

Je ne suis sortie que
pour vider la poubelle.
J’ai fait 4692 pas,
j’ai monté 33 marches.

Le jour avant le confinement

Du moins je le pense.
On a fermé.
J’ai demandé aux agents
de donner des nouvelles régulièrement.
J’ai pris le métro avec une,
nous habitons pas loin.
C’est très étrange comme ambiance.
On ne sait pas quand,
ni qui on va revoir,
j’espère tous.
Là, je suis avec mes 2 bestioles.

Ça peut-être protéger de tout

À défaut d’être mis à la place
où il est initialement prévu,
un bandeau pour les yeux peut,
aussi, être mis sur la bouche.
On ne saura pas de quoi
il protège,
c’est tout.

Veste

J’ai besoin d’une veste.
Mes copines qui aiment faire
les magasins sont trop féminines.
Elles me voient
avec des vestes trop cintrées.
Les copines qui n’aiment pas faire
les magasins n’en ont rien à faire.
Je suis pas prête d’avoir ma veste.
Je risque en prendre une.

Détail dans le bus. 7

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Detail7_p.jpg

Arrêt demandé bis

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Arretb_p.jpg

Jour sans

Je vais dans un magasin d’aquariophilie,
pour acheter un filtre pour l’aquarium.
Le filtre que je veux ne se fait plus.
Il m’a commandé l’équivalent.
Je vais dans une librairie
pour acheter un guide sur le Japon.
Il n’y avait pas celui que je voulais.
Je passe devant un magasin de fringues
que j’aime bien.
Il fallait aller à Opéra pour avoir
les tee-shirts souhaités.

#NousToutes

Jolie soirée avec plein de femme,
beaucoup de jeunes.
Certaines, comme moi,
nous découpions des foulards violets,
pour la marche de samedi.
D’autres fabriquaient des pancartes.
Cette marche sera belle.

Assise dans le métro

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Place_p.jpg

Piscine⊙43

En mars 2015, je m’étais achetée
des lunettes de natation à ma vue.
Je les avais payé 66€.
Je viens d’en acheter à nouveau,
elles n’étaient plus vraiment étanches.
Je les ai payé 89€,
presque 35% d’augmentation.

J’ai regardé sur le net.
Il y en a beaucoup pour les myopes,
peu pour les hypermétropes.
Et celles que j’avais vu été si mal notées
que j’ai préféré les acheter
chez un opticien.

Présomptieux

C’est très présomptieux
de croire que
ce qui nous intéresse
va intéresser obligatoirement l’autre.

Bloquage

Je vais au restau avec Nath.
Tout d’un coup,
J’entends : “appelez les secours
quelqu’un fait un malaise.”
Je réagis pas,
l’autre réagira !
Nath me dit que c’est la dame
derrière moi qui a fait un malaise.
Je me tourne, me lève,
je m’aperçois qu’elle s’est affaissée
sur elle-même.
Je la prends sous les bras
le serveur enlève la chaise,
je la mets en PLS,
( les cours de secourisme,
ça sert !).
Elle revient à elle,
je lui demande son nom,
son prénom, sa date de naissance.
Je lui annonce que les pompiers vont arriver.
L’amie avec qui elle déjeunait
est venue nous rejoindre.
Elle a rien pu faire,
elle était bloquée par la panique.

- page 1 de 6

Articles consultés récemment

banalité@1

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

#Iwak 8

¤ Avoir une dent contre quelqu’un : même pas. ¤ Parler entre ses dents : ça m’arrive. ¤ Serrer les dents : je le fais des fois. ¤ Ne pas desserrer les dents : non, il faut quand même. ¤ Se casser les dents sur quelque chose : ça m’est déjà arrivé ¤ Quand les poules auront des dents : j’espère que ce n’est pas la durée de vie de ce putain de virus. ¤ Croquer la vie à pleines dents : je ne le fais pas assez souvent. Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

A_p.jpg

Je me suis trompée d'heure

Je me suis trompée d’une heure, pour embaucher. Du coup, j’écoute Jeanne Added, dans le square des Abbesses. Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Reims1_p.jpg

Reims@1

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

L'Auberge des blogueurs

J’ai fini aujourd’hui la lecture du jeu de l’été : l’Auberge des Blogueurs. C’est un splendide jeu auquel je suis ravie d’avoir participé. En tant que lectrice, je me suis éparpillée, je n’ai pas toujours priorisé le blog. Du coup, j’ai pris trop de retard. Et il y avait 7 à 8 billets à lire par jour. Quand je lisais, je voyais les personnages évoluer comme dans une série. J’en regarde trop, peut-être. J’ai eu après ma participation, celle-ci “m’obligeait” à tout lire, une lecture très sélective. Je ne lisais plus que les personnages qui m’intéressaient, désolée pour les autres. Dans quelques temps, peut-être… En tant qu’auteure, j’ai pris mon personnage à la légère. Je ne l’ai pas assez étoffé. Il manquait de profondeur. Faute de temps, je n’allais pas assez sur le forum. J’ai compris que tardivement l’implication qu’un tel jeu réclamait. J’aurai dû être plus organisée. Du coup, je n’ai pas su créer d’interaction, ni même osé. En plus, je participais en début de jeu, de toute façon après, je n’aurais pas pu, et il a fallu laisser le jeu se poser, vivre. Comme tout était facile. Je sais que les frères Molette ont accompli des prouesses. Visuellement, le blog est très beau. Le forum est top. J’ai cherché à droite, texte suivant, du texte que je venais de finir. Je ne l’ai pas trouvé. J’ai fini par comprendre que c’était fini.