Querelle

C’est usant ces querelles régulières
parce que nous ne sommes pas d’accord.
Jamais on joue carte sur table
pour aplanir nos différents.

Partage

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ?

Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine.

J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.

Partage

Nocivité

Depuis quelque temps déjà,
je m’interroge sur la nocivité
de certaines personnes
de mon entourage.

Cela vient-il du fait que je vais bientôt
avoir cinquante ans?
Pourquoi ne me laisse-t-on pas le droit
de ne pas être d’accord?
La mort de S. m’a ouvert les yeux.
J’ai réalisé que je n’avais pas accepté,
surtout de proches, des comportements
qui me heurtaient.

Je suis en train de m’éloigner de deux personnes
dont je ne supporte plus les réflexions désobligeantes.
Des personnes dont je n’accepte plus,
pour x raisons, l’influence
qu’elles ont pu avoir sur moi.

Partage

Embellir

Que puis-je adonir aujourd’hui ?
Pour que mon monde soit moins moche.

Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Partage

Je me demande s'il s'agit...

d'une sieste
ou d'une fin de nuit.

Partage

Azuki

Haricot rouge, dans un magasin japonais,
et 8€25 les 200g.
Soja rouge, dans un magasin chonois,
et 1€75 les 400g.

Partage

Titillation.4

« Il ne suffit pas d'être sympa
avec quelqu'un pour
qu'il le soit en retour. »

Partage

La perfifie du bol

Je range mon bol.
Comme d'habitude sur l'étagère
au dessus de l'évier, rien.

Je baisse la tête.
Un léger bruit, un choc sur mon crâne,
un atterrissage dans l'évier,
une bosse, un bol en moins.

Partage

Articles consultés récemment

Rencontre avec l'architecte de l'immeuble

Je suis fan de son travail. Je lui explique le bruit de la pluie sur les rebords en zinc. Réponse : “c’est une nouvelle façon d’appréhender les éléments.”

Des livres

J’amène mon panier à recycler dans le local poubelle où se trouvent les poubelles jaunes. Sur une de ces poubelles asservies au recyclage un sac en plastique était posé. Je regarde le contenu, il s’agit de livres de poche. J’en ai pris quelques-uns.

La taille des écrans plats

Au vu de ceux de mes voisins, le mien est ridicule. En rentrant, un soir de match de foot, beaucoup de mes voisins, comme moi, n’ont pas de voilage aux fenêtres, je suis restée impressionnée par la taille d’un. Il faisait presque tout un mur. J’aurai pu suivre le match de la cour de l’immeuble.

Métiers de bouche

Si dans certains arrondissements de Paris, il y a de moins en moins de boucheries, charcuteries, fromagerie, boulangeries, ici ce n’est pas le cas. Je n’avais jamais vu autant de boucheries, et de fromageries que dans la rue Saint-Charles.

9€23

Le coût de ma distraction. Je vais dans une boucherie pour acheter un poulet. Je regarde les prix, beaucoup plus cher que chez mon volailler du marché. Je décide de prendre une côte de porc. Chez ce boucher, tout est bien indiqué, bien étiqueté, les prix, l’origine, et ce que c’est ! Je montre au boucher ce que je veux. Il m’annonce un prix auquel je ne prête aucune attention. Arrivée à la caisse, la fille du boucher me redit 9€23, je regarde la vitrine, je vois qu’il s’agit d’une côte de veau, et non de porc. Je n’ai pas eu le courage de dire quoique se soit. Je l’ai dégusté, avec des panais et des carottes. Mon repas du soir coûta moins cher que cette fameuse côte.