L'Auberge des blogueurs

J’ai fini aujourd’hui
la lecture du jeu de l’été :
l’Auberge des Blogueurs.
C’est un splendide jeu
auquel je suis ravie d’avoir participé.

En tant que lectrice,
je me suis éparpillée,
je n’ai pas toujours priorisé le blog.
Du coup, j’ai pris trop de retard.
Et il y avait 7 à 8 billets à lire par jour.
Quand je lisais,
je voyais les personnages évoluer
comme dans une série.
J’en regarde trop, peut-être.
J’ai eu après ma participation,
celle-ci “m’obligeait” à tout lire,
une lecture très sélective.
Je ne lisais plus que
les personnages qui m’intéressaient,
désolée pour les autres.
Dans quelques temps, peut-être…

En tant qu’auteure,
j’ai pris mon personnage à la légère.
Je ne l’ai pas assez étoffé.
Il manquait de profondeur.
Faute de temps,
je n’allais pas assez sur le forum.
J’ai compris que tardivement
l’implication qu’un tel jeu réclamait.
J’aurai dû être plus organisée.
Du coup, je n’ai pas su créer d’interaction,
ni même osé.
En plus, je participais en début de jeu,
de toute façon après,
je n’aurais pas pu,
et il a fallu laisser le jeu se poser,
vivre.

Comme tout était facile.
Je sais que les frères Molette ont
accompli des prouesses.
Visuellement, le blog est très beau.
Le forum est top.

J’ai cherché à droite, texte suivant,
du texte que je venais de finir.
Je ne l’ai pas trouvé.
J’ai fini par comprendre que
c’était fini.

Commentaires

1. Le lundi 21 septembre 2020, 13:25 par Otir

Ta légèreté a fait le grand bonheur (et les éclats de rire aussi) de bien d’entre nous, dont moi ! et pour cela je t’en suis pour toujours reconnaissante.

2. Le lundi 21 septembre 2020, 13:27 par Cunegonde

Merci

3. Le lundi 21 septembre 2020, 16:41 par Franck

Et puis ce « Le lac n’est pas chauffé ! », magistral, toute l’auberge en parle encore !

4. Le mardi 22 septembre 2020, 14:54 par Laurent

J’aime ta façon de raconter en quelques strophes. Quoi, le lac n’était pas chauffé ?

5. Le mercredi 23 septembre 2020, 15:01 par Obni

Clairement un jeu littéraire comme celui de l’ADB demande du temps. Temps pour l’écriture, les éventuelles interactions, l’appropriation de son personnage et le récit (si récit) que l’on veut mener.

Perso, j’y ai passé tout juste plus d’une semaine et c’était trop court. Par exemple moi qui adore ça, j’ai peu écrit sous contrainte littéraire (une fois seulement et encore pour un début de texte).

Mais ça va rester un bon souvenir.

6. Le mercredi 23 septembre 2020, 23:15 par Cunegonde

Pour moi aussi, c’est un superbe souvenir.

7. Le jeudi 24 septembre 2020, 11:44 par orpheus

Dans la vraie vie des auberges, on trouve aussi des voyageurs un peu plus en retrait que d’autres.
Tu as fait comme tu as pu et c’était très bien.
Et au delà-même de l’auberge, je crois que je pourrai plus JAMAIS voir un lac de ma vie sans une pensée pour toi. ;-)
Je t’embrasse fort. :-*

8. Le jeudi 24 septembre 2020, 14:38 par Ginou

En tant que simple lectrice j’ai eu parfois du mal à suivre tant c’était dense alors j’imagine aisément que participer devait être très prenant . Je ne t’avais pas reconnue mais bravo pour ce personnage bien sympathique , léger et spontané ! Le lac n’est pas chauffé…par exemple …

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2724

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Qui l'eut cru que

Que j’avais un bon cœur. Il est bien irrigué, ça a bien scintillé. On s’en tient aux médocs.

Jour 52 du déconfinement

J’ai encore dû monter 6 étages, une chouette rencontre se mérite. J’ai mangé une très bonne part de tarte. Je vais pouvoir aller à Chartres, début juin. Il faudra que je m’organise, je ne sais pas si les restaurants, là-bas, seront ouverts. Je suis rentrée en passant par l’Arc du Triomphe. J’ai fait 15666 pas.

Dimanche 107

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Verveine citronnelle bis

Quand je suis sortie de l’herboristerie. Je me suis dit que comme j’était dans le quartier, je me mangerais bien un dorayaki. Les magasins japonais étaient si prisés qu’une longue, trop longue file d’attente a eu raison de mon envie.