Plus de train pour Dreux

Quand je me suis décidée
à aller à Dreux.
J’ai pris un billet de train.
Quelle ne fût pas ma surprise,
quand j’ai vu qu’à partir de Chartres,
c’était un bus !
Si j’avais su,
j’y serais allée quand
j’étais à Chartres.
Mais comme j’entretiens
des relations ambiguës
avec la géographie,
et pire encore avec l’orientation.
Je ne l’ai pas fait.

Bref, j’arrive en gare de Chartres. Aucuns panneaux qui indiquent
la gare routière.
Je sors mon smartphone.
Je cherche l’Application qui
me permet de ne pas me perdre.
Rien !
J’en arrive même à me demander
si cette gare routière existe.
J’ai dû aborder des gens pour
leur demander s’ils étaient du coin.
Et s’ils connaissaient la gare routière.
Non, leur ignorance sur ce sujet
ne me stressait pas du tout !
Une commerçante m’a dit d’aller
tout droit, de passer un pont,
et que ça devait être par là.
Des explications aussi vagues,
plus des gens avec de légers bagages
ont fait que j’ai eu mon bus.
En courant, quand même.

Commentaires

1. Le samedi 19 septembre 2020, 13:50 par Anthom

Mais, quelle idée d’aller à Dreux !…
Bon, je sors

2. Le samedi 19 septembre 2020, 16:30 par Franck

On devrait jamais quitter Montauban1 !

1 J’adore ce film !

3. Le dimanche 20 septembre 2020, 10:05 par Cunegonde

Anthom, c’est ce que je me dis couchée sur le lit en lisant L’Auberge des Blogueurs.
Franck, heu…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2721

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

#Iwak 25

De loin, je vois ou j’entends mes copains. Ça fait quelques semaines que je n’en ai pas tenu un dans mes bras.

Trajet.jpg, nov. 2020

Trajet

Ils sont optimistes 4 jours et 7h à pied entre mon village et Paris.

une personne insignifiante. Vraiment ?

Personne peut être insignifiante, à mes yeux. 366, un jeu remis au goût du jour par Gilsoub

Végétalisation

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Comme, c’est le printemps j’ai revégétalisé mon mur