Il y a 32 ans

Il y a 32 ans mourait ma mère.
Mon monde s’effondrait.
Il y a quelques jours,
la mère d’une amie mourait aussi violemment.
Son monde est effondré.
Je m’inquiète sur ma capacité à
l’aider, tellement cette similitude me heurte.

Commentaires

1. Le mercredi 24 juin 2020, 06:50 par Obni

On ne se remet jamais de la mort de sa famille. Je suis le seul survivant de ma famille proche (père, mère, 2 sœurs, décédés ) et je sens tous les jours le vide qui m’atteint. Un vide plein…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2679

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je me suis fait tester

Il y avait un dépistage organisé pas loin de chez moi. Après maintes hésitations, j’ai décidé d’y aller. Je me retrouve face à quelqu’un qui me parle pour m’expliquer la marche à suivre. Je ne l’écoute plus, son masque est sous son nez. Elle me parle et je ne suis pas sûre d’être à plus 1m d’elle. La seule chose que je suis capable de lui dire est : votre masque est sous votre nez. Sa collègue aperçoit mon “malaise”. Elle me dit de rejoindre la file. Je me suis levée. Et j’ai attendu mon tour pour le médecin. Ensuite le test de la goutte sur le doigt, puis le test, dans le nez, fortement désagréable. Les résultats de la goutte de sang sont négatifs. Les autres, je les aurai mardi. S’ils sont positifs, je serai appelé avant.

epi_p.jpg

Où est-elle ?

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

G_p.jpg

Visite de la fondation GoodPlanet

Les salles, en haut, avec des films sur les poissons, les baleines, sont un sublime antistress. Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Dans le monde d'après

Liste de choses que je ferai dans le monde d’après (je la mettrai à ce jour quand j’y penserai) : ■ Aller manger un doroyaki à la boulangerie Aki. C’est fait, je suis même allée chez Tomo ■ faire la planche dans le bain ludique de la piscine de Pailleron. ■ Je referai la traversée de Paris, en passant par les quais. ■ Aller chez le coiffeur, c’est déjà trop long. C’est fait aussi. ■ Boire une bière C’est fait. ■ Repartir à la piscine ■ J’essaierai d’être moins ourse. ■ J’irai voir plus souvent ma famille, même si je pense qu’à 620 kms elle est assez près.

Maïs

Paris est une ville de mangeurs de maïs. Sur la place de Porte de La Chapelle, par moment, il n’y a pas moins de quatre vendeurs.