Jour 45 du déconfinement

Je me demandais quel monde
on va léguer.
Des inégalités criantes,
des virus mortels…

Un de mes collègues hypocondriaque
est venu me voir,
pour le boulot. On a discutait,
vous devinez de quoi.
Il ne remettra pas ses fils
à l’école, avant septembre.
On se demandait comment
on va réussir à prendre le métro

J’ai fait que 8805 pas.

Commentaires

1. Le vendredi 1 mai 2020, 00:00 par virevolte

je crois que ce n’est pas tant la peur du virus qui me ferait ne pas remettre les enfants à l’école mais plutôt les journées qu’on va leur faire subir ! Quel enfant sera heureux d’aller à l’école alors qu’il devra n’avoir aucun contact avec ses camarades, que ses parents ne pourront plus rentrer dans l’école, qu’il devra respecter les distances, qu’il devra se laver les mains, qu’il devra rester dans la salle de classe pour prendre son repas, qu’il ne va pas pouvoir aller jouer en récréation, qu’il ne pourra pas bouger dans la classe, qu’il ne rencontrera pas les enfants des autres classes ! Quel enfant va supporter ces contraintes ?
Les enfants sont peut-être tristes de ne plus voir leurs copains, peut-être qu’ils s’ennuient chez eux mais franchement, est-ce que la situation va être plus confortable pour eux lorsqu’ils seront à l’école dans ces conditions avec des enseignants masqués et dans la crainte ?
Je voudrais bien savoir quel impact cela aura sur certains enfants !

Ton collègue en tout cas fait bien de ne pas re scolariser ses enfants, il les préservera non seulement du virus mais surtout d’une vie en classe morne et anxiogène.

2. Le vendredi 1 mai 2020, 09:18 par Cunegonde

Le connaissant assez bien, il n’a même pas pensé à tout ça. Je lui dirai par contre.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2636

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Seule

La crise d’Épi m’a renvoyé avec violence ma solitude en pleine face. Seule, je serai un jour, à devoir prendre une décision qui maintenant me fait peur. Seule, je suis aujourd’hui avec cette réflexion-là. Cette situation me rappelle que la mort fait partie de la vie, de façon encore plus intense que le COVID.