Jour 16 du confinement

Un collègue a ce fichu virus.
Du moins, son toubib a dit
qu’il y avait de gros soupçons.
Ça m’angoisse.
C’est bientôt les prestations,
et je sais ce que cela signifie pour beaucoup.
Mon boulot prend toute son importance,
à cette période du mois.
J’ai mangé un sorbet,
pour me remettre de mes émotions.
Je ne sais pourquoi
j’ai lu l’étiquette.
Un quart de sorbet était du sucre !

Ce soir Paris Carnet sur le net.
C’était sympa.
J’ai mis des têtes sur les noms.

Je ne suis sortie que
pour vider la poubelle.
J’ai fait 4692 pas,
j’ai monté 33 marches.

Commentaires

1. Le jeudi 2 avril 2020, 19:42 par virevolte

Oui, c’est angoissant de ne pas savoir vraiment !
J’ai une petite élève qui l’a peut-être . mais pas de test, donc on ne sait pas … et je n’ai pas de nouvelles d’elle depuis deux jours, j’espère que ça va …
J’imagine pour ton boulot et pour tous ceux qui attendent avec impatience le début du mois !

2. Le jeudi 2 avril 2020, 21:25 par Cunegonde

Mes collaborateurs éloignés par x raisons m’appellent ou je les appelle, ou on échange des sms, minimum une fois par semaine. Cela permet de garder un lien, et d’avoir des nouvelles. Ce qui me stresse en ce moment, c’est la possible sévérité de la maladie.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2596

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Dans 2 semaines

Je garde son chat. J’ai rencontré Clémentine, ce soir. Je m’étais inscrite sur ce site, je ne me souviens pas exactement quand. Me souviens plus du nom du site, d’ailleurs. J’aime bien ce concept d’échange de garde de chat. Son chat a l’air cool.

Jour 45 du déconfinement

Je me demandais quel monde on va léguer. Des inégalités criantes, des virus mortels… Un de mes collègues hypocondriaque est venu me voir, pour le boulot. On a discutait, vous devinez de quoi. Il ne remettra pas ses fils à l’école, avant septembre. On se demandait comment on va réussir à prendre le métro J’ai fait que 8805 pas.

Seule

La crise d’Épi m’a renvoyé avec violence ma solitude en pleine face. Seule, je serai un jour, à devoir prendre une décision qui maintenant me fait peur. Seule, je suis aujourd’hui avec cette réflexion-là. Cette situation me rappelle que la mort fait partie de la vie, de façon encore plus intense que le COVID.