Différentes lesbiennes

J’explique à Gertrude
ma rencontre avec un couple de
lesbiennes séparatistes.
Elle comptaient tout,
et faisaient leurs tâchent ménagères,
non selon leurs goût mais
selon un tour établit qui
leur semblait justifié.
Un concept qui me semble
trop contraignant.
À Stockholm, avec Gertrude,
comme nous payons comme bon
nous semblait, nous faisions les comptes.
Dans le vol de retour,
Gertude me traite de lesbienne équitable.
Faisant comme moi, prenant un mot
Pour un autre.
Je suis partie d’un fou rire en me demandant quand
je deviendrais une lesbienne bio !

Partage

Commentaires

1. Le lundi 12 juin 2017, 12:31 par Gilsoub

J’aime la conception de lesbienne séparatiste iu équitable :-)
Pour le Bio, tout dépend du comment tu te nourris ;-)

2. Le lundi 12 juin 2017, 13:06 par mirovinben

Sauf à prendre des antibiotiques et/ou se gaver de perturbateurs endocriniens, la lesbienne est biodégradable.

Comme le reste de l’humanité, d’ailleurs, à condition de ne pas prendre d’antibiotiques et de ne pas se gaver de perturbateurs endocriniens, bien sûr…

3. Le mardi 13 juin 2017, 07:06 par Cunégonde

MDR

4. Le jeudi 21 juin 2018, 08:04 par Cindy

Mdr mais du coup Cunégonde, quel est ton score nutritionnel ? A-B-C-D ou E :-P ?

5. Le dimanche 8 juillet 2018, 08:50 par Cunégonde

Sûrement D

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2167

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Andres Serrano

Hier, à 9h, je suis allée récupérer un livre d’Andres Serrano. J’ai été étonnée qu’à l’heure du petit déjeuner on me laisse entrer dans leur intimité, et échanger des banalités. Il me semble que c’était ni le lieu, ni l’heure, ni l’auteur

Deux places

Une seule personne se lève, dans le wagon, pourtant deux places se libèrent.

Again

Du 27 avril au 7 mai 2018, je serai à New York. Je logerai dans le Queens. Je ferai ce que je n’ai pas pu faire, cette année.

Rêve

Je me retrouvais dans le métro avec trois gauchistes inconnus, et nous nous prîmes à rêver d’un second sans Marine. Cela m’a fait un bien fou.