Le temps

Pour une rentrée en douceur,
il pleut, pour que je ne sois pas
dépaysée.

Commentaires

1. Le mardi 21 juin 2016, 07:01 par mirovinben

Donc, vacances ou pas, il pleut. Vraiment, tu exagères… ;-)

2. Le mardi 21 juin 2016, 07:58 par Annie THOMAS

euh..”le lundi au soleil…”, air connu
Je me demande quand je vais pouvoir enfourcher mon fringant destrier tracteur pour tondre !

3. Le mardi 21 juin 2016, 16:53 par mirovinben

Anthom, je pense enfourcher le mien jeudi après-midi, pour peu que le sol ressuie suffisamment pour porter le poids total (machine + bonhomme) sans trop se tasser.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1996

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Amphigouri

Le langage informatique, pour moi, est assez amphigourique.

Clown

Quand j’étais gosse, il y avait à la télé, La piste aux étoiles. Le clown blanc était celui qui me faisait le moins rire.

Rencontre familliale

Nous participions à un escape game au Louvre. Nous avons discuté avec la personne qui nous donnait la solution finale. Une des participantes de notre groupe a reconnu ce comédien qui jouait dans une série. Une autre s’est esclamé : “alors vous avez joué avec notre cousin”, en disant cela, elle s’est rendu compte que c’était lui. S’en est suivie une discussion sur leur famille. Ils étaient 3 de cette famille, à participer au jeu. Très touchante fin du jeu.

Comme un bruit de bateau

Déshabillez-vous, enlevez tout ce que vous avez en métal sur vous, lunettes comprises. Étendez-vous, ne bougez plus, Je vous mets le casque. Je ferme les yeux. Je me mets à m'imaginer sur un bateau qui rejoint une île. Le bruit du moteur n'est pas toujours rassurant. Je me force à respirer lentement, et calmement par le ventre. Il me manquerait plus que ça, si je vivais un naufrage. Je ne suis plus sûre de pouvoir rester longtemps immobile dans de telles conditions. Une main me touche. Je suis tirée vers la proue. Une voix m'informe que je peux m'asseoir, me rhabiller, et attendre les conclusions du médecin, environ à une heure plus tard, j'ai appris que j'avais un beau cerveau.