Le temps

Pour une rentrée en douceur,
il pleut, pour que je ne sois pas
dépaysée.

Partage

Commentaires

1. Le mardi 21 juin 2016, 07:01 par mirovinben

Donc, vacances ou pas, il pleut. Vraiment, tu exagères… ;-)

2. Le mardi 21 juin 2016, 07:58 par Annie THOMAS

euh..”le lundi au soleil…”, air connu
Je me demande quand je vais pouvoir enfourcher mon fringant destrier tracteur pour tondre !

3. Le mardi 21 juin 2016, 16:53 par mirovinben

Anthom, je pense enfourcher le mien jeudi après-midi, pour peu que le sol ressuie suffisamment pour porter le poids total (machine + bonhomme) sans trop se tasser.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1996

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Piscine⊙25

Dans les 2 piscines où je me rends le soir, les casiers sont à codes. Je mets toujours le même, mais une fois je ne me souvenais que des 2 derniers chiffres qui constituent le numéro du casier. C’était le 7 et le 4, dans cet ordre-là. J’ai tenté d’ouvrir quelques casiers dont le numéro finissait par 74. Un clic m’a averti quand j’ai trouvé le bon, soulagée, je fus. Dans la piscine où je prends des cours. Il faut une pièce d’un euro ou des jetons comme pour les caddies de supermarché. J’ai, soit des jetons avec le logo de ma boite, soit un avec le logo du syncidat où je suis encartée.

Trait de caractère 14

Ma participation aux Obsolètes à prise rapide Je suis aroutinée pour beacoup de chose. Dans un avenir proche et pour un temps certain, cela risque changer.

Piscine⊙22

Y a t-il un lien de cause à effet ? Je me suis achetée des lunettes de natation à ma vue. Comme me l’a fait remarquer Gilsoub, mon problème, c’est la respiration. Pas la vue. Pourtant depuis que je mets ces lunettes Je me concentre plus sur ma respiration.

Zut

Merde

Bistrot

Quand j’allais au lycée, de bonnes sœurs, comme on disait, à l’époque, dans une petite sous préfecture de Gironde, nous avions pris l’habitude d’aller au bistrot. Nous y refaisions le monde. Les adultes, pour la plupart, étaient des cons qui n’avaient rien compris. Je ne vais quasiment plus au bistrot. Je suis une adulte.