Rochefort

Aller à Rochefort avec ma sœur.
J’avais vu l’émission des racines et des ailes,
sur la charente.
Et là, on attend le dépanneur.
J’avais jamais vécu
une panne automobile.

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1995

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Mort

J’y suis confrontée. J’ai appris, jeune qu’elle faisait partie du cycle de la vie. Mai cela est toujours aussi douloureux.

Bistrot

Quand j’allais au lycée, de bonnes sœurs, comme on disait, à l’époque, dans une petite sous préfecture de Gironde, nous avions pris l’habitude d’aller au bistrot. Nous y refaisions le monde. Les adultes, pour la plupart, étaient des cons qui n’avaient rien compris. Je ne vais quasiment plus au bistrot. Je suis une adulte.

Il me faut rentrer

Rentrer dans mon village, pour y accompagner une dernière fois, mon frère. Nous n’étions plus proches. La mort de ma mère avait dissout la fratrie. La vie a fait le reste. Ce qui nous restait de l’enfance aussi. J’avais 9 ans de différence avec lui. Trop peu de souvenirs d’enfance où il était présent, puisqu’il était peu à la maison. Il m’a appris à siffler. Il a fabriqué des lunettes comme les miennes à ma poupée du moment. Il est mon frère.

Mon petit journal

Mon village a un site duquel je pourrais avoir accès au blog dans lequel une partie de la vie du village est contée. Pourtant, je préfère ces quelques feuilles qui me sont envoyées tous les mois.

L'attrait de la Dame de fer sur les provinciales

Nous parlions de nos appartements successifs, et de la vue de nos différentes fenêtres. Une s'écrit : de la fenêtre de ma pièce principale, je vois la Tour Eiffel. Je me suis souvenue que quinze ans plus tôt j'avais appelé ma petite nièce pour lui demander si elle savait ce que je voyais de la fenêtre de ma chambre. Maintenant encore j'aime au détour d'une rue, l'apercevoir.