Irrésistible

Irrésistible, l’envie de dire aux politiques de fermer leurs gueules.
Je ne supporte plus d’entendre : « on aurait pu éviter ça, il aurait fallu faire ça ».
Qu’ est-ce qu’ils en savent ces matuvu-malotrus récupérateurs de voix ?
Ce que j’attends d’un politique, c’est qu’il aide à lancer des actions pour vivre dans un monde
avec les valeurs de la république, des valeurs de fraternité et de partage.
Ce que j’attends des politiques, c’est des débats constructifs pour créer une société
qui n’engendre pas des personnes qui se font sauter.
Ce que j’attends d’un politique, c’est d’être un leader.

Ce que j’aimerais être, c’est une personne qui sache vivre
dans une société qui donne suffisamment des sens à ces jeunes
pour qu’ils ne tombent pas dans le piège de faux gourous à l’odeur de mort.
Ce que j’aimerais être, c’est une personne qui puisse vivre dans un monde où
certains jeunes ne se retrouvent pas sur le chemin du terrorisme
où leurs seules issues sont des ceintures d’explosif.
J’aimerais être une personne capable de cela, mais je ne sais pas si j’en suis capable.

Partage

Commentaires

1. Le lundi 16 novembre 2015, 17:36 par Tomek

Je n’ai pas développé comme toi, mais je n’en pense pas moins. Même sentiment de vouloir faire quelque chose, quoi, comment, je ne sais pas.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1887

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Musique

Je n’aime pas celle du moment. Je n’aime pas cette pensée qui m’est brutalement apparue: ça a l’air si facile de déshumaniser quelqu’un.

Avoir un billet de train

Pour rentrer en Gironde, et enfin me sentir en vacances. Départ ce soir à 16h43. Les bestioles ont déjà leurs harnais.

Rochefort

Aller à Rochefort avec ma sœur. J’avais vu l’émission des racines et des ailes, sur la charente. Et là, on attend le dépanneur. J’avais jamais vécu une panne automobile.

Mort

J’y suis confrontée. J’ai appris, jeune qu’elle faisait partie du cycle de la vie. Mai cela est toujours aussi douloureux.

Bistrot

Quand j’allais au lycée, de bonnes sœurs, comme on disait, à l’époque, dans une petite sous préfecture de Gironde, nous avions pris l’habitude d’aller au bistrot. Nous y refaisions le monde. Les adultes, pour la plupart, étaient des cons qui n’avaient rien compris. Je ne vais quasiment plus au bistrot. Je suis une adulte.