Irrésistible

Irrésistible, l’envie de dire aux politiques de fermer leurs gueules.
Je ne supporte plus d’entendre : « on aurait pu éviter ça, il aurait fallu faire ça ».
Qu’ est-ce qu’ils en savent ces matuvu-malotrus récupérateurs de voix ?
Ce que j’attends d’un politique, c’est qu’il aide à lancer des actions pour vivre dans un monde
avec les valeurs de la république, des valeurs de fraternité et de partage.
Ce que j’attends des politiques, c’est des débats constructifs pour créer une société
qui n’engendre pas des personnes qui se font sauter.
Ce que j’attends d’un politique, c’est d’être un leader.

Ce que j’aimerais être, c’est une personne qui sache vivre
dans une société qui donne suffisamment des sens à ces jeunes
pour qu’ils ne tombent pas dans le piège de faux gourous à l’odeur de mort.
Ce que j’aimerais être, c’est une personne qui puisse vivre dans un monde où
certains jeunes ne se retrouvent pas sur le chemin du terrorisme
où leurs seules issues sont des ceintures d’explosif.
J’aimerais être une personne capable de cela, mais je ne sais pas si j’en suis capable.

Partage

Commentaires

1. Le lundi 16 novembre 2015, 17:36 par Tomek

Je n’ai pas développé comme toi, mais je n’en pense pas moins. Même sentiment de vouloir faire quelque chose, quoi, comment, je ne sais pas.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1887

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Panneau_p.jpg

Panneau

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Piscine⊙28

Non, on ne se noie pas facilement. Je me suis rendue, pour la première fois, à la piscine Édouard Pailleron. Quand j’ai vu le panneau : bassin sportif. Je me suis dit que : j’allais commencer par là. Des petits escaliers, avec des rampes en fer forgé mènent au bassin sportif. Des jeunes filles sont assises, et discutent sur les marches. J’emprunte ces marches, Je me mets à l’eau. Je n’ai pas pied. Je dois remonter, sortir la tête de l’eau. Respirer. Réaliser que je suis dans le grand bain. J’ai quitté le bassin sportif. Je suis restée dans le bassin ludique.

Bistrot

Quand j’allais au lycée, de bonnes sœurs, comme on disait, à l’époque, dans une petite sous préfecture de Gironde, nous avions pris l’habitude d’aller au bistrot. Nous y refaisions le monde. Les adultes, pour la plupart, étaient des cons qui n’avaient rien compris. Je ne vais quasiment plus au bistrot. Je suis une adulte.

Très dur

De garder de l’amitié pour une personne quand au plus profond de soi, on sent qu’il est coupable.

Elles ont le pouvoir

J’étais fatiguée, je n’ai pas joué avec mes bestioles. Elles ont joué ensemble, bruyamment une bonne partie de la nuit. À 6h30, elles ont allumé la télé. Je ne pense pas qu’elles ont pour autant pasquiné. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide