Aspérités

Les aspérités de la dalle font qu’
il était impossible d’avoir du parquet
comme les appartements témoins.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 17 septembre 2015, 23:29 par K

parquet, témoin, j’ai trouvé : c’est au poste de police .

2. Le vendredi 18 septembre 2015, 07:35 par Cunégonde

Mdr

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1840

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Tout arrive à qui sait attendre

Dans la cuisine, l’eau chaude et l’eau froide étaient inversées. Quand j’ai aménagé, le gardien m’avait dit que cela prenait 5 minutes à remettre les tuyaux dans le bon ordre. Soit, ce n’est que ce matin que je lui ai remis mes clés pour que cela soit fait. Juste 10 mois après avoir constaté cette anomalie.

Métiers de bouche

Si dans certains arrondissements de Paris, il y a de moins en moins de boucheries, charcuteries, fromagerie, boulangeries, ici ce n’est pas le cas. Je n’avais jamais vu autant de boucheries, et de fromageries que dans la rue Saint-Charles.

Appart #3

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

9€23

Le coût de ma distraction. Je vais dans une boucherie pour acheter un poulet. Je regarde les prix, beaucoup plus cher que chez mon volailler du marché. Je décide de prendre une côte de porc. Chez ce boucher, tout est bien indiqué, bien étiqueté, les prix, l’origine, et ce que c’est ! Je montre au boucher ce que je veux. Il m’annonce un prix auquel je ne prête aucune attention. Arrivée à la caisse, la fille du boucher me redit 9€23, je regarde la vitrine, je vois qu’il s’agit d’une côte de veau, et non de porc. Je n’ai pas eu le courage de dire quoique se soit. Je l’ai dégusté, avec des panais et des carottes. Mon repas du soir coûta moins cher que cette fameuse côte.

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha ma mini fougère n’avait pas apprécié mes vacances, pendant celles-ci, je l’avais mise dans une grande casserole pleine d’eau. Comme cela elle était arrosée. Pour Hubert, le lierre, j’avais opté pour un embout que l’on visse à une grande bouteille peine d’eau que l’on enfonce ensuite dans la terre. Ce système s’est avéré très efficace. Pour Bertha, il ne convenait pas, son pot est trop petit. Bref, je pensais que Bertha était au plus mal. Je l’ai mise à la poubelle. J’ai étudié le chemin avec le moins de marche à cause de mon orteil, et hop direction un marchand de plantes ouvert tout le temps. Arrivée là-bas, je cherche les fougères, Elles étaient en moins bonne forme que Bertha. J’ai pris un Arthur, un asparagus. Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain. Une fois rentrée chez moi, une crise de culpabilisation aigüe m’a conduite à sauver Bertha du gouffre de la poubelle (un sac en plastique que donne le fruitier sur le marché.) Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place. J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.