mes QRcodes

Lmon blog

Rmon twitter

J’ai trouvé cela trop amusant.

Partage

Commentaires

1. Le mercredi 20 mai 2015, 21:29 par Gilsoub

Et en plus ils marchent ;-)

2. Le jeudi 21 mai 2015, 09:22 par Cunégonde

T’as vu.
C’est sur le site unitag.

3. Le jeudi 21 mai 2015, 12:25 par C&C

J’ai acheté un des premiers, sinon le premier, bouquins interactifs… Passé quelques petits mois, les liens n’étaient déjà plus accessibles. J’étais furieuse. Du coup j’ai écrit à l’auteur pour lui annoncer que je n’achèteras plus jamais ses bouquins. Il s’en fout, mais ça m’a fait du bien de le lui dire :-)

4. Le jeudi 21 mai 2015, 15:00 par Cunégonde

Ça, c’est embêtant quand les liens disparaissent. Mes qrcodes sont téléchargés donc à la maison.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1715

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine. C’était bon enfant. J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner, à savoir des canettes de coca et des abricots. Un jeune enfant vient vers moi. Il me tend les bras, je le prends, son comportement m’intriguait. Il est handicapé Plusieurs fois, il est venu vers moi. Je me suis fait un copain. Son père était content qu’il aille vers quelqu’un. Les autres enfants ne jouaient pas avec lui. Monde cruel de l’enfance.

Détails du dimanche

Vu 16 vélos dans la Seine, entre Javel et le pont des Arts. Vu un daim moucheté, un tur du Caucase occidental. Rencontré un couple qui nourrissait les kangourous avec des pommes et des carottes à 2€50 le kilo. Trouvé 2 euros.

Tout moi

J’organise un voyage. À 15 minutes de partir de chez moi, j’angoisse.

À cinquante ans

On est capable de faire les mêmes conneries qu’à vingt ans. Cela m’a laissé songeuse.

Si j'étais capitaliste, je me licencierai

Je gère mal mes émotions, ce qui me vaut des insomnies depuis 2 nuits. Je grignote entre les repas ce qui me vaut de m’interdire les gâteaux, à ces moments-là. Si j’étais mon propre employeur, je me licencierai pour fautes graves. Mais je ne le suis pas.