Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine.
C’était bon enfant.
J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner,
à savoir des canettes de coca et des abricots.

Un jeune enfant vient vers moi.
Il me tend les bras,
je le prends, son comportement m’intriguait.
Il est handicapé
Plusieurs fois, il est venu vers moi.
Je me suis fait un copain.
Son père était content qu’il aille vers quelqu’un.
Les autres enfants ne jouaient pas avec lui.
Monde cruel de l’enfance.

Partage

Commentaires

1. Le lundi 26 mai 2014, 17:58 par C&C

Ils y étaient tous?

2. Le lundi 26 mai 2014, 18:01 par Cunégonde

Non, une bonne moitié.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1423

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je ne les amène pas avec moi

Pour une fois, j’ai choisi de ne pas prendre mes bestioles avec moi pour les vacances. L’aller se passait mal, Épi vomissait, et Fil faisait pipi. Là, une voisine va s’en occuper pour 15 jours.

Pdej_p.jpg

San Francisco $11

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent. Dans 2 heures, je pars pour l’aéroport. J’aurai peut-être le temps de Regarder un épisode des Chroniques de San Francisco. J’ai aimé cette ville, les gens que j’ai croisé y sont bienveillants.

Hyperactive

Je suis en train de devenir trop sportive assise sur mon canapé. J'admets que mes critères pour apprécier ou pas, tel ou tel sport, ne sont pas sportifs.

Ce matin

J’ai obvié au réveil très matinal de Fil, et au changement d’heure. J’ai aussi obvié à un cauchemar. Dans le futur appartement que j’espère avoir, il n’y avait pas de prise téléphonique, et pas d’internet, ce manque était insupportable. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Piscine

Y en a une à côté de mon nouveau bureau. Le tout est de savoir, si j’irai.