Maïs

Paris est une ville
de mangeurs de maïs.
Sur la place de Porte de La Chapelle,
par moment, il n’y a
pas moins de quatre vendeurs.

Commentaires

1. Le jeudi 12 septembre 2013, 20:26 par Cristophe

Quatre vendeurs seulement ? Ils arrivent à fournir tout le monde ?

2. Le jeudi 12 septembre 2013, 21:17 par Cunégonde

Il semble que oui.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1193

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Jour 2 du confinement

Je ne suis pas sortie, sauf pour aller jeter ma poubelle et récupérer un colis, dont je n’espérais plus la livraison. Le site ne m’a toujours pas prélevé. J’étais étonnée. Le livreur avait toutes les protections. J’étais rassurée. Je n’ai fait que 1695 pas. Et j’ai monté 66 marches. Je me suis fait un parcours de 80 pas dans mon appart, pour faire mes dix milles pas journaliers, il va falloir que je fasse 125 parcours. Si le COVID-19, j’espère que ma voisine du dessous ne le fera pas. Entendre la fillette courir toute la journée au dessus de ma tête est, comment dire… Le temps des repas et de la sieste sont appréciables Je pense à ses parents qui ont autant d’espace que moi pour 3 personnes.

peripherie27032011_DSC_5929.jpg

Tourisme parisien 15

Peut-être que j'aurai dû plus tirer les blancs, non ?

Odeur

Il n'y a pas de chat, mais une odeur de pipi de chat. note écrite dans le bus hier soir

Jour 41 du confinement

Je ne suis pas sortie aujourd’hui. J’ai passé des coups fils. Un à une amie que je n’avais pas vu depuis plusieurs années. Un autre à une amie que j’appelle une fois par semaine. Encore un autre parce qu’encore on a plus d’eau chaude. J’ai passé une partie de la matinée à échanger par sms avec une amie, et mes sœurs. Je me suis souvenue du coût des communications téléphoniques il y a quelques années. J’ai fait 7805 pas.

les hasards de la vie

J'attends le bus 20 minutes. Je monte, nous sommes serrés. La première phrase que je lis par dessus l'épaule de la personne devant moi est : « Pourquoi ne sont-ils pas venus ? »