dans trois heures

Par soucis de plus de légèreté,
mes 9 kilos de chats vont se retrouver
sur roulettes pour rentrer.

Elle ne le savent pas encore.

Partage

Commentaires

1. Le dimanche 9 janvier 2011, 10:47 par Anthom

Tu verras, il arrivera un moment où elles verront les roulettes ...elles comprendront, et tu seras bonne pour les déloger sous un lit avec le balai!

2. Le dimanche 9 janvier 2011, 17:39 par Cunégonde

Non, je commence par leur mettre leurs harnais, elle savent qu'elles vont sortir, ça ne pose pas de problème. Quand la grande voit le sac, elle se met de dans, pour la petite c'est plus compliqué. Là, le train était encore un grand moment d'aventure pour Fil. Elle est tout de même arrivé à sortir du sac toute seule et à venir se coucher sur mes genoux. Même dans le sac, elles ont leurs harnais, et leurs laisses. Comme ça je les attachent au sac. Une fois dans le train, ou dans le métro, j'ouvre pour qu'elles puissent sortir si elles veulent.
Les roulettes pour cette fois, ça n'a pas marcher, mais il faut que je trouve une solution car mon épaule n'a pas aimé tout ce poids.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/362

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je l'ai mangé

J’ai trouvé une recette de galette de pomme de terre, oignon, fenouil mais j’ai mangé cru ce dernier avant de tester cette recette. Il faut dire que je suis rentrée affamée à 20h20.

9€23

Le coût de ma distraction. Je vais dans une boucherie pour acheter un poulet. Je regarde les prix, beaucoup plus cher que chez mon volailler du marché. Je décide de prendre une côte de porc. Chez ce boucher, tout est bien indiqué, bien étiqueté, les prix, l’origine, et ce que c’est ! Je montre au boucher ce que je veux. Il m’annonce un prix auquel je ne prête aucune attention. Arrivée à la caisse, la fille du boucher me redit 9€23, je regarde la vitrine, je vois qu’il s’agit d’une côte de veau, et non de porc. Je n’ai pas eu le courage de dire quoique se soit. Je l’ai dégusté, avec des panais et des carottes. Mon repas du soir coûta moins cher que cette fameuse côte.

Si j'étais capitaliste, je me licencierai

Je gère mal mes émotions, ce qui me vaut des insomnies depuis 2 nuits. Je grignote entre les repas ce qui me vaut de m’interdire les gâteaux, à ces moments-là. Si j’étais mon propre employeur, je me licencierai pour fautes graves. Mais je ne le suis pas.

Sevrage

Une semaine sans télé, aucun manque, bien au contraire.

Le mail

Bonjour, ce matin, j’ai reçu un mail de votre part dont le titre était : “Cunégonde, faites plaisir à votre homme.” Je suis consternée par une telle familiarité. Vous m’appelez par mon prénom bien que vous ne me connaissez pas. Vous semblez aussi connaître mon orientation sexuelle. De plus, je tiens à vous signaler que je ne possède personne. Je ne tiens plus à recevoir de tel mail. Cordialement J’ai aimé prendre du temps pour leur dire ce que je pense.