Mes mamies révolutionnaires

Leur conversation m'enchanta.
Elles parlaient des grèves et des retraites.
Elles raillaient ce gouvernement de « salauds ».
Si c'était elles qui menaient le mouvement,
elles bloqueraient le pays.

Un camion en travers de chaque route,
tout le monde en marche vers l'Élysée,
et « il » verrait bien que le monde est dans la rue.
« Il » ne pourrait pas encore dire
qu'il y a de moins en moins de monde.

Je me demandais en les regardant,
ce qui avait fait qu'elles sortent de leurs gonds.
Vu leur âge, elles avaient vécu,
d'autres péripéties bien plus graves.
Soit, elles étaient aussi plus jeunes,
et le contexte n'était pas le même.

Commentaires

1. Le mardi 19 octobre 2010, 07:09 par mirovinben

Quand on s'adresse à quelqu'un qui n'entend pas, forcément on hausse la voix. De plus en plus.

Et là, faut dire que nos gouvernants font preuve d'une sacrée surdité.

"Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre."

2. Le mardi 19 octobre 2010, 10:58 par Cunégonde

Remarque, il est aussi aveugle.

3. Le mardi 19 octobre 2010, 13:06 par mirovinben

Pas aveugle : il regarde juste toujours dans la même direction. Du côté du bouton qui renvoie l'ascenseur.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/305

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Brève de désorientée

“On est à droite du centre. On va à gauche.” Et elle ne parlait pas se politique.

Mais oui, je suis sexiste

J'avais besoin de trouver une solution pour que mon rideau qui cache ce que je range sous l'évier puisse faire face de nouveau à de fréquents assauts de deux kilos de chat. Je me rends dans un grand magasin de bricolage, pour voir ce qui existe et donc trouver une solution. Dans le rayon des tringles à rideaux, j'explique mon problème au vendeur. Il me garantit que ma réponse m'attend sûrement au rayon quincaillerie. Je m'y rends, j'avise un autre vendeur. Celui me renvoie à son collègue. Ce dernier me montre du doigt une direction où je peux enfin trouver ma solution. Bref, j'avise une vendeuse. Je vais la voir, je lui expose mon souci. En deux seconds trois quarts, elle avait réglé cette affaire !

Bonne soirée

Je vais récupérer un colis, dans un relais. En fait, deux m’attendaient. Un entrait dans mon sac à dos. Le second, lui, était plus gros, et plus lourd. Gentiment la personne qui me l’a délivré, m’a confectionné des poignées. Pour sortir, la personne qui entrait m’a tenu la porte. J’ai quitté cet adorable magasin, en disant un souriant bonne soirée.

Mon petit journal

Mon village a un site duquel je pourrais avoir accès au blog dans lequel une partie de la vie du village est contée. Pourtant, je préfère ces quelques feuilles qui me sont envoyées tous les mois.

Renoncement

Ce mot pour, je ne sais trop quelles raisons a rouvert ma boîte à questions. Le renoncement fait partie du deuil. Il m'a permis d'accepter (la partie la plus dure). Pourtant, renoncer pour moi a un rapport avec ma peur de manquer. Renoncer, c'est aussi assumer pleinement ses choix. C'est accepter de perdre ce que l'on ne veut pas ou ce que l'on pense, ne pas pouvoir pas perdre. Renoncer demande d'aller vers l'inconnu; L'inconnu, cet inquiétant stresseur Il faut lâcher, perdre, quitter ce que l'on possède pour pouvoir aller vers d'autres horizons. Le renoncement, nous aiderait-il à nous débarrasser de toutes les futilités qui encombrent nos vies ?