Dégoutée de la vie

Fil des billets - Fil des commentaires

Plus rien dans le ventre

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Micro_p.jpg

Choix

C’est compliqué d’accepter
le choix des autres
dans certaines situations.

Écouteurs

Maintenant que je vais recevoir
mes écouteurs bluetooth pour
regarder, tranquille, des séries,
dans le bus, le métro remarche.
Mais c’est quoi cette grève qui
ne peut pas être emmerdante
jusqu’au bout !

Jour sans

Je vais dans un magasin d’aquariophilie,
pour acheter un filtre pour l’aquarium.
Le filtre que je veux ne se fait plus.
Il m’a commandé l’équivalent.
Je vais dans une librairie
pour acheter un guide sur le Japon.
Il n’y avait pas celui que je voulais.
Je passe devant un magasin de fringues
que j’aime bien.
Il fallait aller à Opéra pour avoir
les tee-shirts souhaités.

Assise dans le métro

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Place_p.jpg

104

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Feminicide.jpg

Suicide

J’ai parlé du suicide.
Et je me suis aperçue que
beaucoup avait connu cette situation.
Il y a 7 ans,
je l’avais mieux digéré.
C’est dur d’accepter que
c’est sa décision.

Plus jamais

Hier soir, sa sœur m’apprenait que
plus jamais je ne le reverrai.
Je revois son visage,
dans la maison de leur enfance.

Ma meilleure amie du moment

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Bouillotte_p.jpg


J’ai le dos en vrac,
et il ne fait pas bon d’avoir
en même temps un lumbago et
la crève.

Tant de violence ◇2

J’écoutais le discours d’Aissa Doumara Ngatansou
quand elle a reçu le prix Simone Veil.
Cette histoire qu’elle raconte sur cette jeune femme
qui a vu son fils égorgé,
ainsi que son mari.
Le sang de ce dernier a été recueilli dans un récipient,
et on l’a forcé à le boire.
En pleurant, je me suis demandée
dans quel monde nous vivons.
Comment agir contre une telle violence ?

Tant de violence

Je viens d’entendre que
Julie Douib était le trentième féminicide
depuis le début de l’année.
Nous ne sommes que le
10 mars !

Nuit de la solidarité

J’ai dû me désinscrire,
à cause d’un emploi du temps
trop chargé.

Bouton off

J’ai repris le travail hier,
après 17 jours de congés.
Mes insomnies ont recommencé
dés la première nuit.
J’ai sommeil.
Je me couche et là,
je commence à penser à tout
ce que j’ai à faire,
ou à penser que je n’arriverai pas
à relever le défi que j’ai accepté.

Il faudrait que j’arrive à ne plus
cogiter quand je devrais m’endormir.
Plus facile à dire qu’à faire.

J'ai du mal

À accepter qu’une amie puisse
me dire qu’elle ne veut plus vivre.
Je le comprends.
Elle s’ouffre sans arrêt.
Elle n’a plus d’autonomie.
Mais l’accepter,
c’est autre chose.

Quand je serai grande

Mon travail me plait plus,
je n’arrive pas à en trouver un autre.
Je n’ai jamais eu de déclic
pour une profession que
j’aimerais faire quand
je serai plus grande.
À plus de cinquante ans,
je désespère.

Machiste y compris en courant

Je me balade tranquillement
sur une petite allée.
Un homme arrive en courant,
en face de moi.
Je ne m’écarte pas.
Il me double sur la droite,
en émettant un haha de fierté
mal placée !

Je me demande

Si j’aimerais me ressembler ?

Boutons bis

Après les commentaires de Gilsoub et de Franck,
j’ai envoyé un mail à 5asec,
pour leur expliquer mon problème de boutons.
J’en ai aussi envoyé un à la DGCCRF.
Hier soir, je viens de recevoir
le pdf à remplir pour faire une réclamation.
Et les conditions générales étaient avec.
Je les ai lues,
il n’était pas question de bouton.

Boutons

Je vais chercher ma doudoune
au pressing. Deux boutons de la manche
droite manquaient.
Et les deux de la manche gauche
étaient cassés.
Quand j’ai montré ça à la personne
qui travaillait là,
je n’ai obtenu que :
“mais c’est écrit dans les conditions générales !”
Avec sa main droite,
il m’a montré ces fameuses
conditions générales que
personne ne lit.

Nager dans les séries

J’avais bien mis mon réveil à 7h
pour aller nager tôt, et éviter la foule.
À 2h48, comme je ne dormais pas,
je l’ai enlevé.
Là, du coup, je suis devant,
une série.
Et ce temps me donne envie de
rien.

- page 1 de 4

Articles consultés récemment

Piscine⊙28

Non, on ne se noie pas facilement. Je me suis rendue, pour la première fois, à la piscine Édouard Pailleron. Quand j’ai vu le panneau : bassin sportif. Je me suis dit que : j’allais commencer par là. Des petits escaliers, avec des rampes en fer forgé mènent au bassin sportif. Des jeunes filles sont assises, et discutent sur les marches. J’emprunte ces marches, Je me mets à l’eau. Je n’ai pas pied. Je dois remonter, sortir la tête de l’eau. Respirer. Réaliser que je suis dans le grand bain. J’ai quitté le bassin sportif. Je suis restée dans le bassin ludique.

Appart #1

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Micro_p.jpg

Plus rien dans le ventre

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Lapsus non révélateur d'enfant voyant

« C’est écrit en braillard. »