Une inconnue peut en cacher une autre.

J'avais rendez-vous avec Corinne,
au parc du Luxembourg.
Je ne l'avais jamais vu,
Je ne me souvenais plus de sa description.

Je me trompe dans les RER.
Je lui envoie un texto
pour lui annoncer mon retard possible.
Elle me répond qu'elle m'attend.

J'allonge le pas, je suis à l'heure.
A l'endroit dit, à l'heure donnée,
Corinne est là.
Nous nous disons bonjour.

On va boire un café.
Au fil de la discussion,
environ vingt minutes plus tard :
" tu es bien Nathalie ? ", " non ! "
" Tu n'es pas Corinne. " Non ! "

Nos inconnues ensembles à nous attendre.
Après m'être perdue dans le parc,
j'ai réussi à rejoindre l'inconnue
avec qui j'avais rendez-vous.

Commentaires

1. Le lundi 31 mai 2010, 07:11 par mirovinben

Elle est bien bonne cette his­toire-là ! Un scé­na­rio de court-métrage.
Et la fausse Corinne, l’est sympa ? Plus que la vraie ?

2. Le lundi 31 mai 2010, 08:21 par Cunégonde

La fausse Corinne a le même pré­nom que le mien.
Je sais donc par expé­rience qu’elle a du carac­tère:-))
Oui, le peu que j’ai papoté avec elle,
elle est sympa, sinon c’est le jour et la nuit.
C’était trop drôle.

3. Le lundi 31 mai 2010, 12:20 par imposture

excel­lent!
corinne, natha­lie, et truc. avec ces pré­noms, je vous ima­gine tou­tes de la même géné­ra­tion. sauf pour cuné­gonde, ça fait temps des lumiè­res ou plus ancien encore…
le jour et la nuit, com­ment ça? tu veux dire que corinne n’est pas sympa et n’a pas de carac­tère?
alors à ta place je lui aurais dit «mais tu n’es pas truc? j’ai dû me trom­per, ciao!»

4. Le lundi 31 mai 2010, 21:31 par Cunégonde

Malo­true :-))

5. Le mardi 1 juin 2010, 21:01 par Ed

Très drôle !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.banalitescunegonde.fr/trackback/158

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine. C’était bon enfant. J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner, à savoir des canettes de coca et des abricots. Un jeune enfant vient vers moi. Il me tend les bras, je le prends, son comportement m’intriguait. Il est handicapé Plusieurs fois, il est venu vers moi. Je me suis fait un copain. Son père était content qu’il aille vers quelqu’un. Les autres enfants ne jouaient pas avec lui. Monde cruel de l’enfance.

Il faut vraiment voter PS

Le mariage de ma nièce est tout en symbole. Une lesbienne en couple a attrapé le bouquet. Une autre, d'un autre couple a eu la jarretière.

Mon bilan pédestre de ces dernières vacances

Je n’ai marché que 7 jours. J’ai parcouru dans la campagne qui entoure mon village gabay 101km35, en 17h24mn34.

Détails de l'attente

M’occuper est le maître mot. Je ne suis pas capable de faire grand chose. Ménage, faire des compotes, regarder des séries. J’en ai trouvé une de circonstance : le dernier mot.

Jour 15 du déconfinement

Ce matin, en allant travailler il y avait, en plein milieu de la rue, un homme sur une trottinette électrique qui prié à tue-tête. Il conjurait dieu de laisser tranquille sa famille. Ce soir, un homme sur des rollers qu’il savait peu maitriser, pousser une poucette, tout en ne lachant pas des yeux, un gamin qui le suivait en draisienne. Je me suis demandée si ce n’était pas lui qui aurait dû prier. C’est sûrement parce que je suis une athée pratiquante que cette idée m’est venue. J’ai fait 15064 pas, monté plus d’une centaine de marches.