Bleu

Elle roule en vélo sur le trottoir.
Elle roule de gros yeux en voyant que
j’allais lui faire une réflexion.
Je vois ses yeux bleus assortis
à la couleur de son casque.
Un grand sourire montre
qu’elle a compris
que j’étais sous le charme.

Partage

Rétrécissement

Je me suis aperçue que
certains habits avaient rétréci
mais qu’à un endroit très précis.

Pour certaines vestes,
c’est ennuyeux.
Elles ferment beaucoup moins bien.

Partage

Première sortie dominicale sur mon beau destrier

Ça va mieux que mercredi soir.
Mais je me demande qui a eu
cette formidable idée de mettre
une piste cyclable dans le sens inverse
de la circulation automobile !
La rue au pied de la Tour Effeil était bloquée.
J’étais presque seule avec les bénévoles
de la course à pied qui allait bientôt partir.
C’était trés agréable, à ce moment-là.
J’ai fait 6km8 en 44 minutes.
D’accord ce n’est pas rapide.
J’ai pourtant eu suffisamment
de sensations fortes.

Partage

Cycliste mitigée

Hier vers midi, je suis allée
récupérer mon beau destrier bleu.
Je l’ai trouvé immense.
Il faut que je m’habitue aussi
au rétropédalage.

Le pire est d’arriver à faire
du vélo dans Paris sans avoir peur.
Sur les pistes cyclables,
j’adore cette fausse sensation
de liberté.

Partage

Avant

Avant d’acheter mon vélo,
j’ai acheté de quoi le réparer.

Partage

Articles consultés récemment

Unesco_p.jpg

Visite

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Detail8_p.jpg

Détail dans le bus. 8

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Detail11_p.jpg

Détail dans le bus. 11

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Detail13_p.jpg

Détail dans le bus. 13

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Le choix de la fin de vie

Les suicides en couple de ces 2 couples dont la presse a parlé m’ont profondément touchée. Je suis pour que nous ayons le choix de notre fin de vie. Il y a quelques années, le suicide me choquait, me perturbait. Maintenant, la vie aidant, je me suis assouplie. Notre dignité doit exister même dans la mort. Nous devons avoir la possibilité de nous tuer si la vie ne répond plus à « notre besoin de vie ». Si la qualité de notre vie n’est plus là. À quoi bon ? Je ne pense qu’aux personnes qui choisissent le suicide comme fin de vie à cause de la maladie, d’une souffrance insupportable. Je pense que si l’euthanasie était légale, certains auraient eu une mort plus sereine. J’ai conscience que mes mots peuvent choquer, mais c’est de la souffrance que j’ai ressentie lorsque j’ai appris que l’un de ces deux couples s’est tué avec un sac en plastique sur la tête.