Jour 41 du confinement

Je ne suis pas sortie aujourd’hui.
J’ai passé des coups fils.
Un à une amie que je n’avais pas vu
depuis plusieurs années.
Un autre à une amie que j’appelle
une fois par semaine.
Encore un autre parce qu’encore
on a plus d’eau chaude.
J’ai passé une partie de la matinée
à échanger par sms avec une amie,
et mes sœurs.
Je me suis souvenue
du coût des communications téléphoniques
il y a quelques années.

J’ai fait 7805 pas.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2631

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

les hasards de la vie

J'attends le bus 20 minutes. Je monte, nous sommes serrés. La première phrase que je lis par dessus l'épaule de la personne devant moi est : « Pourquoi ne sont-ils pas venus ? »

Jour 44 du déconfinement

Vivement demain soir, j’aurai fini ma semaine de déconfinée. Je viens de connecter que je vais passer mes vacances d’été, à Paris, début juin. Ça va être top ! J’ai fait 11846 pas.

Le nouveau tram T3b

Il est tout beau, tout neuf. Il a été inauguré samedi. Il marche très bien, dans un sens, celui pour aller travailler. Dans le sens pour rentrer chez moi, il est plus lent, voire inexistant. Je dois marcher pour aller prendre mon bus.

Aspérités

Les aspérités de la dalle font qu’ il était impossible d’avoir du parquet comme les appartements témoins.

Bloquage

Je vais au restau avec Nath. Tout d’un coup, J’entends : “appelez les secours quelqu’un fait un malaise.” Je réagis pas, l’autre réagira ! Nath me dit que c’est la dame derrière moi qui a fait un malaise. Je me tourne, me lève, je m’aperçois qu’elle s’est affaissée sur elle-même. Je la prends sous les bras le serveur enlève la chaise, je la mets en PLS, ( les cours de secourisme, ça sert !). Elle revient à elle, je lui demande son nom, son prénom, sa date de naissance. Je lui annonce que les pompiers vont arriver. L’amie avec qui elle déjeunait est venue nous rejoindre. Elle a rien pu faire, elle était bloquée par la panique.