La solution

C’est castoche.
J’ai acheté du velcro auto-adhésif.
J’en ai collé sur tout le tour de l’étagère de Fil,
et sur les bords d’un torchon.
Je lui ai remis ses couvertures.
Depuis, elle ne va plus dans son étagère.

Commentaires

1. Le mardi 15 juillet 2014, 14:50 par C&C

Ben, c'est normal, c'était son coin à elle, comme elle l'aimait, et toi tu veut tout contrôler ;-)))

2. Le mardi 15 juillet 2014, 21:25 par Cunégonde

Ce soir, elle y est repartie.

3. Le mardi 15 juillet 2014, 21:53 par El

Les chats : insupportables, et pourtant on ne peut s'en passer...ils nous forcent toujours à réfléchir pour les comprendre, et restent indomptables, de fins stratèges !

4. Le mercredi 16 juillet 2014, 01:32 par Gilsoub

@El : je t'assure que je m'en passe très bien ;-)

5. Le mercredi 16 juillet 2014, 08:03 par Cunégonde

Gilsoub, t'as tord:-)

6. Le jeudi 17 juillet 2014, 15:13 par C&C

C'est fou les fautes que je peux faire quand je t'envoie des commentaires. Je crois que je vais recommencer à m'apstheunyr...

;-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1467

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Piscine⊙2

Une révélation ! La nage sur le dos, Jamais j’avais fait cela. Et là, le maître-nageur me le proppse, je me mets sur le dos, et c’est parti, à mon rythme. Nous étions deux à cette leçon, Antoine aussi a des problèmes de respiration dans l’eau. Pour nous apprendre, nous avons plongé.

Trottoir

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Des veuves

J’expliquais à des copines hétérotes que la plupart des lesbiennes que je connais, portent beaucoup de noir. A. me dit : “non, celle que je vois,ne sont pas en noir”. Ce à quoi je réplique que celles que je connais si! Cri du cœur de A. : “elles sont veuves !”

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha ma mini fougère n’avait pas apprécié mes vacances, pendant celles-ci, je l’avais mise dans une grande casserole pleine d’eau. Comme cela elle était arrosée. Pour Hubert, le lierre, j’avais opté pour un embout que l’on visse à une grande bouteille peine d’eau que l’on enfonce ensuite dans la terre. Ce système s’est avéré très efficace. Pour Bertha, il ne convenait pas, son pot est trop petit. Bref, je pensais que Bertha était au plus mal. Je l’ai mise à la poubelle. J’ai étudié le chemin avec le moins de marche à cause de mon orteil, et hop direction un marchand de plantes ouvert tout le temps. Arrivée là-bas, je cherche les fougères, Elles étaient en moins bonne forme que Bertha. J’ai pris un Arthur, un asparagus. Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain. Une fois rentrée chez moi, une crise de culpabilisation aigüe m’a conduite à sauver Bertha du gouffre de la poubelle (un sac en plastique que donne le fruitier sur le marché.) Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place. J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.

Hommage national

http://www.gouvernement.fr/partagez-hommage-national Non, je ne mettrai pas de drapeau à ma fenêtre, pas parce que je n’en ai pas. Rendre cet hommage pour moi, est un acte empli de pudeur; un acte de respect envers les personnes tuées le 13 novembre; un acte de recueillement. Cela n’a rien à voir avec ma fierté d’être française. Mettre un drapeau à la fenêtre, comme on affiche un poster, comme on le montre dans les stades, quand la France gagne, n’a pas de sens pour moi. Je rendrai l’hommage le plus respectueux et le plus humble possible, sans selfie, sans publication sur les réseaux sociaux.