Métiers de bouche

Si dans certains arrondissements de Paris,
il y a de moins en moins de boucheries,
charcuteries, fromagerie, boulangeries,
ici ce n’est pas le cas.

Je n’avais jamais vu autant de boucheries,
et de fromageries que dans la rue Saint-Charles.

Partage

Commentaires

1. Le lundi 10 mars 2014, 08:06 par mirovinben

Sans doute un retour au Moyen âge où chaque métier avait sa rue ou son quartier...

Il doit y avoir une sacrée concurrence que la proximité géographique amplifie d'autant.

2. Le mardi 11 mars 2014, 08:09 par Cunégonde

Oui, et en plus, il y a deux marchés.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1353

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

9€23

Le coût de ma distraction. Je vais dans une boucherie pour acheter un poulet. Je regarde les prix, beaucoup plus cher que chez mon volailler du marché. Je décide de prendre une côte de porc. Chez ce boucher, tout est bien indiqué, bien étiqueté, les prix, l’origine, et ce que c’est ! Je montre au boucher ce que je veux. Il m’annonce un prix auquel je ne prête aucune attention. Arrivée à la caisse, la fille du boucher me redit 9€23, je regarde la vitrine, je vois qu’il s’agit d’une côte de veau, et non de porc. Je n’ai pas eu le courage de dire quoique se soit. Je l’ai dégusté, avec des panais et des carottes. Mon repas du soir coûta moins cher que cette fameuse côte.

Tout arrive à qui sait attendre

Dans la cuisine, l’eau chaude et l’eau froide étaient inversées. Quand j’ai aménagé, le gardien m’avait dit que cela prenait 5 minutes à remettre les tuyaux dans le bon ordre. Soit, ce n’est que ce matin que je lui ai remis mes clés pour que cela soit fait. Juste 10 mois après avoir constaté cette anomalie.

Population de la ligne 8

En prenant la ligne 8 Je me retrouve confrontée à une population que je ne côtoie pas d’habitude. Lundi, j’étais assise à côté d’une bonne sœur, ce matin, à côté d’un officier de l’armée de terre.

Appart #2

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

À chaque marché, un bouquet

À chaque marché, je vais voir le même marchand de primeurs. À chaque marché, il m’offre du persil. Je n’en consomme presque pas. une fois, j’ai refusé, cela l’a vexé. Quand je rentre, je coupe les tiges, et je mets mon bouquet de persil dans l’eau. ainsi à chaque marché, j’ai mon bouquet.