Un blog, ce n'est pas toujours simple

Ce n’est pas le tout de faire des erreurs
et de se retrouver à la porte de son blog.
Il faut pouvoir l’expliquer sur le forum de dotclear,
afin que des sorciers puissent vous venir en aide.
Cela nécessite donc d’avoir le vocabulaire approprié
et de pouvoir retranscrire de façon
la plus fiable possible ce qui s’est passé,
ou ce que l’on a pas compris (voire les deux).
Avant-hier, je me suis rendu compte
qu’expliquer ces erreurs n’est pas si aisé.
Comme me l’a signifié Kozlika
« dire que cela ne marche pas, ça n’aide pas. »
C’est si vrai.
Je n’avais pas compris que
je devais me connecter à ce nouvel espace
avec un nouvel identifiant
puisqu’il est dans le même espace que ce blog-ci,
et que dans l’admin, il existe un menu déroulant m’y donnant accès.

Maintenant, tout est rétabli, ou presque.

Commentaires

1. Le jeudi 23 mai 2013, 08:25 par mirovinben

Ce qui reste à rétablir est certainement plus “fastoche”, genre un paramètre correctement servi et un thème judicieusement localisé. ;-)

2. Le jeudi 23 mai 2013, 10:31 par Cunégonde
:-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1048

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Ha, la culture !

Je me suis retrouvée, tout un long week-end avec le téléphone portable d'astreinte du boulot. Je me suis hâtée de l'éteindre. Le risque d'avoir un appel était si minime à la base que je l'ai stoppé net. Quand le lundi matin, je l'ai rallumé, il m'a demandé le code PIN. Bien entendu, celui-ci ne m'avait pas était donné ! En deux secondes, trois mouvements, je l'ai grillé. Il me fallait donc le code Puk. J'appelle le SAV du fournisseur. J'explique mon souci, une charmante voix masculine me demande le numéro de téléphone. Cette charmante voix me demande si ce téléphone est bien à monsieur Guy Môquet.

Nous_p.jpg

#NousToutes marche 23 novembre 2019

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

La tête dans les étoiles

Hier, pique-nique avec des inconnus, pour la plus grande majorité, rencontrés sur le site Zelink. Je connaissais l'organisatrice. Nous ne pouvions pas mourir de faim. Tout était bon. Ensuite, cinéma en plein air, nous étions là pour voir : My own private Idaho. Les étoiles aussi étaient là, deux têtes devant moi occupaient un bon quart de l'écran, j'en ai profité pour contempler la Grande Ourse, c'est si rare à paris. Même le soupçon d'averse prévu et annoncé vers 23h fit son apparition, de la grande organisation et la synchronisation avec la météo.

Niaise

Cela m’arrive quand mon manque d’expérience se fait sentir.

Face à un groupe, mes observations

Je me suis retrouvée à dîner, avec un groupe où je ne connaissais personne. Parmi les convives, un couple féminin a attiré mon attention. J'ai du mal à être face à des inconnus. L'importance de la douleur est proportionnelle à ma capacité à m'accoutumer à ce groupe ou non. Souvent, dans le cadre d'une de mes activités extra professionnelles, j'y suis confrontée. Mais des présentations, et des explications à ma présence font qu'un échange, aussi compliqué qu'il soit, doit s'imposer. Dans le cas présent, pour des raisons que j'ignore, aucune présentation n'avait été faite. La pauvre discussion faiblement commencée s'acheva d'elle-même. Je me mis donc à observer les gens, leur comportement entre eux, leur comportement à la nourriture. Mon attention était captivée par ce couple, car une fit un reproche à l'autre, au vu et au su de tous. Ceci me renferma sur moi parce que je m'interrogeais sur ma capacité à accepter une telle remarque.