Renoncement

Ce mot pour, je ne sais trop quelles raisons
a rouvert ma boîte à questions.

Le renoncement fait partie du deuil.
Il m'a permis d'accepter (la partie la plus dure).
Pourtant, renoncer pour moi a
un rapport avec ma peur de manquer.

Renoncer, c'est aussi assumer pleinement ses choix.
C'est accepter de perdre ce que l'on ne veut pas
ou ce que l'on pense, ne pas pouvoir pas perdre.

Renoncer demande d'aller vers l'inconnu;
L'inconnu, cet inquiétant stresseur
Il faut lâcher, perdre, quitter ce que l'on possède
pour pouvoir aller vers d'autres horizons.

Le renoncement, nous aiderait-il à
nous débarrasser de toutes les futilités
qui encombrent nos vies ?

Commentaires

1. Le dimanche 24 octobre 2010, 13:16 par mirovinben

Une de mes maximes favorites : "Choisir, c'est renoncer." Et là le renoncement n'est pas une plongée dans l'inconnu mais simplement le fait d'abandonner une option au profit d'une autre.

Sinon, je confirme qu'il est douloureux de renoncer à quelque chose pour peu qu'il n'existe pas d'alternative. Là, le manque peut être profond.

Quant à se débarrasser de toutes les futilités. Ça devrait être facile, tant le futile est léger. Sauf que le futile nous paraît très souvent indispensable. Ne serait-ce que pour éviter toute remise en question toute faille dans l'armure.

2. Le dimanche 24 octobre 2010, 19:14 par Cunégonde

Le futile, nous apparait aussi utile.
Je préfère ta façon de voir le renoncement que la mienne.

3. Le lundi 25 octobre 2010, 12:14 par imposture

encore des qui s'inquiètent de la futilité?

au fait, «peur de manquer» quoi exactement?

4. Le lundi 25 octobre 2010, 18:29 par Cunégonde

Ça, c'est une bonne question.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/5

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Bebe_petit.jpg

Bébé

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Photos prises avec mon smartphone et agrandie 3 fois.

À chacun sa méthode ( billet en priorité pour quelqu'un qui s'intéresse au sujet)

Suite aux billets de Mirovinben, et de Franck, je me suis interrogée sur le traitement de mes prises de vues. Je n'utilise que les RAW. J'ai plusieurs cartes mémoire. Je transporte ces RAW sur le bureau de mon micro, grâce à un lecteur de cartes. Je ne touche plus à la carte mémoire tant que mes vues ne sont pas développées, au cas où. Le dossier dans lequel mes RAW se trouvent est nommé selon le sujet de la prise de vue, et la date ( par exemple jam17102010). Si sur la même carte, il y a plusieurs sujets, je crée plusieurs dossiers, et je dispatcherai mes RAW dans celui qui lui correspond. J'importe ensuite dans LR. Je crée un catalogue que j'identifie de la même façon que le dossier dans lequel les RAW se trouvent. Dans la bibliothèque de LR, je commence mon travail de tri. Toutes les vues qui ne me plaisent pas sont détruites, du catalogue et du disque. Je commence très rarement le développement en suivant. il peut se passer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Quand je me décide, je ne développe mes photos, une par une, jamais de traitement par lot. Là encore, je détruis les vues qui me déplaisent. Je travaille le RAW en couleur de manière à ce que le résultat coïncide à ce que je pense avoir vu. Il m'arrive de basculer en n&b. Selon le rendu que je souhaite, j'emploie LR ou je joue aussi avec CS4, où j'ai le pluging adéquat. Une fois le résultat final obtenu, j'enregistre un JPEG à la taille, et à la résolution dont j'ai besoin. Pour finir, je sauvegarde, avant je gravais même. Mais maintenant que j'ai trois disques durs externes, je ne le fais plus. Mes trois DD externes s'appellent rouge, rouge vif, et rouge foncé. Sur le premier, je ne place que mes RAW. Sur les deux autres, j'exporte le catalogue de LR. Par fainéantise, j'enregistre aussi les PSD que j'ai du générer, pour ne pas avoir à les refaire,et le JPEG que j'ai obtenu soit pour ma galerie ou autre. Je synchronise les deux DD pour achever ma sauvegarde. À ce moment-là, je formate ma ou mes cartes mémoire utilisées, et je les re-range dans mon sac photo.

Que faisons nous ?

Quand nous avons mal à la jambe droite ou au pied droit, nous boitons. Quand nous avons mal à la jambe gauche ou au pied gauche, nous boitons. Quand nous avons mal au pied droit et au pied gauche, que faisons-nous ?

La durée de vie d'une parole

Certaines paroles ne sont vraies qu’au moment où elles sont dites.

Différentes

Hier soir, je me suis aperçue que toute la journée, j’avais porté des chaussettes différentes.