Renoncement

Ce mot pour, je ne sais trop quelles raisons
a rouvert ma boîte à questions.

Le renoncement fait partie du deuil.
Il m'a permis d'accepter (la partie la plus dure).
Pourtant, renoncer pour moi a
un rapport avec ma peur de manquer.

Renoncer, c'est aussi assumer pleinement ses choix.
C'est accepter de perdre ce que l'on ne veut pas
ou ce que l'on pense, ne pas pouvoir pas perdre.

Renoncer demande d'aller vers l'inconnu;
L'inconnu, cet inquiétant stresseur
Il faut lâcher, perdre, quitter ce que l'on possède
pour pouvoir aller vers d'autres horizons.

Le renoncement, nous aiderait-il à
nous débarrasser de toutes les futilités
qui encombrent nos vies ?

Commentaires

1. Le dimanche 24 octobre 2010, 13:16 par mirovinben

Une de mes maximes favorites : "Choisir, c'est renoncer." Et là le renoncement n'est pas une plongée dans l'inconnu mais simplement le fait d'abandonner une option au profit d'une autre.

Sinon, je confirme qu'il est douloureux de renoncer à quelque chose pour peu qu'il n'existe pas d'alternative. Là, le manque peut être profond.

Quant à se débarrasser de toutes les futilités. Ça devrait être facile, tant le futile est léger. Sauf que le futile nous paraît très souvent indispensable. Ne serait-ce que pour éviter toute remise en question toute faille dans l'armure.

2. Le dimanche 24 octobre 2010, 19:14 par Cunégonde

Le futile, nous apparait aussi utile.
Je préfère ta façon de voir le renoncement que la mienne.

3. Le lundi 25 octobre 2010, 12:14 par imposture

encore des qui s'inquiètent de la futilité?

au fait, «peur de manquer» quoi exactement?

4. Le lundi 25 octobre 2010, 18:29 par Cunégonde

Ça, c'est une bonne question.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/5

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Est-ce que je suis sûre d'être meilleure

En écoutant la radio, ce matin, j’ai appris que des personnes avaient filmé un jeune homme agonisant plutôt que lui prêter assistance. Ma première réaction a été de me dire on en est là ! La seconde a été de me demander ce que j’aurai pu faire. Bien sûr assise dans mon canapé, j’aurai au moins appelé les secours. Ça, je sais faire. Mais dans le feu de la situation, rien ne peux me dire ce que j’aurai vraiment fait.

Les trains

Mon autre moyen de transport, ils sont à l’heure mais ils ont des temps d’arrêt très longs, par moment. Une invitation à la rêverie.

4 heures de sommeil

Ça me joue des tours. Je sors de chez moi, je m’aperçois que j’ai oublié ma gamelle. Je reviens pour la récupérer. Je ressors, prends l’ascenseur. Arrivée en bas, je ne trouve plus mon passe navigo. Je ne le vois nulle part. Forcément, il est dans mon sac.

Remboursement

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Je me suis aperçue que deux portes étaient abîmées et qu’une manquait. Après quatre mails échangés avec LeroyMerlin, elles sont toutes remboursées. J’ai beaucoup apprécié leur service client.

26 rue Vavin

Je longe cet immeuble. Le carrelage m’intrigue’ c’est le même que celui de l’immeuble du 13 rues des amiraux. Je traverse pour mieux voir, un charmant monsieur, d’un âge certain engage la conversation. Il m’apprend que c’est bien le même architecte que celui du 13 rue des amiraux. J’apprécie beaucoup ce genre de rencontre éphémère.