Mot-clé - spectacle

Fil des billets - Fil des commentaires

Zingaro

Hier soir, magnifique;
poétique, touchant…
Très belle soirée,
en très bonne compagnie.

Partage

La tentation d'Ève

La danse, je connais pas.
Pietragalla est un personnage
qui plusieurs fois m'a intéressée.

Les dix premières minutes m'ont
paru longues, je ne comprenais pas.
Puis, l'histoire a commencé à me parler.

J'ai aimé ce que j'ai vu.
J'ai aimé les émotions
que je ressentais grâce à ce spectacle.

Partage

Quand je vous dis que je le vois

DSC_0357.jpg

Partage

Sophia Aram

Crise de foi,
une heure et demie de plaisir.
C'est bien écrit, et très bien joué.
Des réflexions et des vérités qui
pointent du doigt nos absurdités
par rapport aux religions.

« Les religions, c'est de la vente forcée. »
« Il vaut mieux être athée que de mauvaise foi. »

Partage

Tu vois ce que je veux dire

Par un SMS, Yo me propose
d'aller voir un spectacle :
La lesbienne invisible.
J'accepte sans même savoir
de quoi il s'agit.
Une amie accompagne Yo.

C'est un divertissement distrayant,
et plaisant. J'ai plus apprécié le dernière partie
que certaines caricatures.
La définition du temps lesbien,
à savoir que neuf jours lesbiens
équivalent à quatre ans et demi
chez les hétéros et à trois secondes et demie
chez les pédés, m'a fait éclater de rire.

Une marche durant laquelle,
j'appris qu'il existait au moins
une personne qui regardait la bouche des gens dans la rue.
Un restau où nous étions trois
assise autour de la table
à porter le même prénom.

L'amie d'Yo nous raconta une soirée
où, j'étais allée au début,
et elle, plus tard. La discussion
s'enchaina sur la prostitution.
La soirée fut très agréable.

Partage

Articles consultés récemment

Les trains

Mon autre moyen de transport, ils sont à l’heure mais ils ont des temps d’arrêt très longs, par moment. Une invitation à la rêverie.

Inviter

Cela a l’air un acte si anodin, si banal qu’il ne l’est pas pour moi. Recevoir, me déclenche des crises d’angoisse. Tout doit être parfait. Entrer dans mon antre, n’est pas une intrusion mais quand même. En plus comme je n’aime pas cuisiner je n’invite pas à manger. Rare sont ceux qui ont partagé un repas, chez moi, avec moi. Ailleurs, quand ce n’est pas moi qui cuisine, c’est plus simple. Moins de pression à gérer. En plus, je me suis aperçue qu’il était plus aisé pour un homme célibataire de ne pas cuisiner donc de ne pas inviter que pour une femme célibataire. Je suis encore à chercher une marque de bière pour une future invitation. J’ai encore un peu de temps devant moi. Ils sont dans une lointaine contrée, pour le moment.

Ronger

Je ne me ronge pas les sangs. Je mange du boudin noir.

Le problème quand on a pas de mémoire

est de se demander où on l’a mise, dans l’ordi; la tablette; ou le smartphone.

Tour Effeil vue de l'intérieur du musée du Quai Branly

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.