Mot-clé - discussion

Fil des billets - Fil des commentaires

Représentation mentale

En imagination,
c'est pire.

Un couple

Depuis plusieurs minutes,
je regarde un couple qui s’engueule.

Puis, je passe à autre chose.
Mon regard de nouveau se pose
sur eux, ils continuent.

J'explique ce phénomène à la personne
qui est à mes côtés.
Elle me rappelle la dure réalité
que certaines personnes ne savent
communiquer que de cette façon.

Des enfants

Un agent a eu une réaction très infantile
suite à une de mes décisions.
Il a même fallu que j'en avise ma hiérarchie.
Mon manager actuel m'a fait la même remarque
que le précédent à savoir : « Cunégonde, ce sont des enfants. »

Soit, ils sont des enfants,
ou est-ce juste une vue de l'esprit
qui faciliterait la prise de décision ?
Cela voudrait-il dire que ceux qui
décident sont les adultes et
ceux qui exécutent sont les enfants ?
Est-ce que le système les infantilise ?
Pourquoi, alors, certains le sont, et d'autres non ?

Cette réflexion a fait naître chez moi
une multitude de questions
dont certaines demeurent sans réponses.

En dehors

Je dînais avec certaines
de mes anciennes collègues.
Je les écoutais, pour une fois,
je me retrouvais à l'extérieur
de leur univers professionnel,
même si je le comprenais.

Une certaine tristesse m'a envahie.

Mon implant

Mon dentiste m'explique
les bienfaits des implants,
en concluant qu'aujourd'hui,
on avait quarante-cinq ans de recul.

Je calcule que dans mon cas,
cela m'amènera jusqu'à
quatre-vingt-onze ans et demi.
Donc il me manquera huit ans et demi
pour atteindre âge fatidique de cent ans.

J'explique ma position à une copine.
Cette dernière me fait remarquer
qu'à cet âge avancé,
je n'aurai plus de dents !

Il me restera mon implant !

C'est si ordinaire

• C'est un excentrique ?
• Comment ça excentrique ?
• Il est un peu foufou
• ??
•Disons fofolle !

Est-ce si difficile de prononcer un nom ?

Brève de Belge

« À quoi sert un gouvernement ?
Vous avez vu le votre ! »

Brève de cuisinier

« Je vais faire cuire de l'eau. »

Ma Mamie ne me donne pas les nouvelles que je veux entendre.

C'est ma voisine depuis environ quinze ans.
Aujourd'hui, c'est son anniversaire.
Elle a quatre-vingt-neuf ans.

Elle monte, et descend plus souvent
que moi nos trois étages.

Il y a un peu d'un mois,
elle a été malade. Elle a cru mourir.
Alors elle a écouté son fils.

Dans un an, elle déménagera.
Elle ira habiter dans une résidence pour sénior,
à côté d'où vit son fils.

Je n'ai pas aimé cela,
même si je sais que pour elle, c'est mieux.

Bruxelles

Autoroute, trois heures environ;
frites, compote de pommes.
Je n'en ai apprécié qu'une seule.

Expo photo, Atomium.
Je n'en ai aimé qu'un seul.

Il ne faut pas que les aveugles soient des fainéants

Je me rends gare de l'Est,
pour retrouver une amie.
Je sors du métro,
je dirige vers les grandes lignes.

Le marquage au sol pour
les aveugles m'attire.
Je les suis, ils me guident
face à un escalier alors qu'à côté
deux escalators m'attendent.

Pique-nique

Hier soir, après avoir tourné, viré, téléphoné
j'ai enfin retrouvé la bande de Paris Carnet.

Devant à un bôbô de bœuf,
pour ma part, d'autres se sont laissés aller
à des plats plus exotiques;
vu le beau temps et la chaleur ambiante,
une envie de pique-nique naquit.

La date retenue est le 24 avril,
où: sur l'île de Charentonneau,
comment: en bateau, grâce à Voguéo.

Identité nationale 1.2

On ne voit pas les choses
De la même façon d’un village,
Et d’une ville.
Quand je vois des tours d’habitation
comme celles placées de chaque côté
du bd de La Chapelle, je me demande toujours
comment on a pu enfermer des paysans
(pour la plupart) dans un habitat aussi hostile.

Quelle convivialité, quels lieux de vie étaient proposés ?
Dans un village, il y a un troquet, une épicerie, un marché,
des lieux où on se montre, et où on voit.
Dans ces tours, souvent autour rien,
elles enferment les gens sur eux-mêmes,
elles les laissent entre eux,
sans leur offrir de portes de sortie.

Comment un paysan, ici en ville,
coupé de ses racines transmet ses valeurs ?
Comment apprendre à leur enfant à vivre
dans un milieu aussi éloigné du sien ?
Heureusement, des mères et des pères l’ont fait,
et continuent de le faire.


Je me laisse le droit
de supprimer tous les commentaires
qui me déplairont.

Identité nationale 1.1

Je suis née en Gironde, d’un père gascon,
d’une mère gabaye. Mon nom est gascon,
ma culture est un doux mélange des deux,
elle est entièrement girondine.
Avant l’âge de trente ans, je n’ai quitté
ma terre natale qu’épisodiquement.

Un jour, cinq mois avant mon trentième anniversaire.
J’ai dû monter à la capitale, passer une frontière : la Loire !
Pour nous gens du sud-ouest, plusieurs cultures,
plusieurs identités sont regroupées sous ce terme générique,
le nord de la Loire est un autre monde.
À Paris, je suis une travailleuse immigrée,
Plus que ma collègue d’origine maghrébine née à Sarcelles.

Il m’a fallu deux ans pour m’habituer à cette ville,
à mon déracinement. Un jour, je me suis dit que
ma culture était là où j’étais.
Ma culture doit me permettre d’être, de m’adapter
et non de me couper de mon nouvel environnement.
Ma culture est une partie de mon identité.

Je pense qu’il n’existe pas une seule identité nationale,
mais des identités nationales, que la richesse de mon pays vient
de cette diversité.



Je me laisse le droit
de supprimer tous les commentaires
qui me déplairont.

À ceux qui...

m'ont aidé pour ma lettre de motivation,
sachez que celle que j'ai faite avec vous,
a été la première d'une petite lignée.
Une de celles-ci a porté ses fruits.

Dans un peu plus d'un mois,
une nouvelle aventure professionnelle
commencera.

Discussion postale

- Avez-vous de jolis timbres, monsieur ?
- Oui, voici. Il s'agit de timbres en forme de cœur très colorés.
- Ils ne sont pas auto-collants ?
- Non madame.
- Il va falloir que je les lèche ?
- Il va falloir y mettre la langue, madame.

Légumes

« Ça fait un mois que je n'ai pas mangé de légumes.
Ha, non la semaine dernière, j'ai mangé des patates. »

La beauté a un sexe

Elle sont belles mes chaussures de marche ?
Pour un homme, oui.

Mais la beauté n'est pas sexuée

Non, mais tes chaussures sont belles
que pour un homme !




Ps: discussion avec ma sœur.
Son éternel problème est que
je m'habille souvent avec
des vêtements d'homme.

Tout est une histoire de communication

J'ai apprécié entendre
« je suis un révélateur de potentiel ».
J'ai trouvé cela classieux.

Je ne supporte pas d'entendre:
« tu penses que » « tu peux dire » ...

J'ai apprécié quand on m'a dit:
« vous êtes comme moi,
vous ne supportez pas les ordres,
vous aimez participer. »

Plus ça fait mal, meilleur c'est ?!

Hier, j'ai passé l'après-midi avec une amie B.
Nous faisons le même travail.
Nous avons (pire de son côté) les mêmes problèmes.

Nous avions décidé que
dès que l'une parlerait de son boulot,
l'autre lui mettrait une tape sur les fesses.

Au début, aucune des deux,
nous n'évoquions nos soucis puis
tout d'un coup, elle s'est lâchée.

Ceci lui valut une bonne claque sur les fesses,
avec la question-affirmation suivante:
plus ça fait, plus ça fait du bien ?!

- page 2 de 3 -

Articles consultés récemment

Detail4_p.jpg

Détail dans le bus. 4

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Fil a des problèmes existentiels

Donc moi aussi. Ma Peste (le surnom de Fil) squatte une des étagères du placard de ma chambre. J’ai cèdé parce que je ne suis pas arrivée à lui faire comprendre que je n’étais pas d’accord qu’elle dorme sur mon linge à repasser. Je lui ai mis, dans cette étagère, pour ne pas qu’elle aille dans une autre, des vieilles couvertures en polaire. Quand Fil sort de son coin douillet, Les couvertures tombent. Mais ne remontent pas toutes seules, des miaulements intempestifs sont le début du problème. Fil ne comprend pas que les couvertures restent au sol. Et moi, ses miaulements m’énervent.

Piscine⊙36

Je n’ai pas eu peur de la pente qui existe souvent entre le petit, et le grand bain, dans la grande piscine. Je ne risquais pas aller dans le petit bain, une panne limitait la température à 24°. Motivation quand tu nous tiens !

Non mais

Je vais faire du tourisme à 1h30 de train de Paris. Je stresse autant que quand je prends l’avion pour aller de l’autre côté de l’océan. On se refait pas, même si j’y travaille.

À chacun sa méthode ( billet en priorité pour quelqu'un qui s'intéresse au sujet)

Suite aux billets de Mirovinben, et de Franck, je me suis interrogée sur le traitement de mes prises de vues. Je n'utilise que les RAW. J'ai plusieurs cartes mémoire. Je transporte ces RAW sur le bureau de mon micro, grâce à un lecteur de cartes. Je ne touche plus à la carte mémoire tant que mes vues ne sont pas développées, au cas où. Le dossier dans lequel mes RAW se trouvent est nommé selon le sujet de la prise de vue, et la date ( par exemple jam17102010). Si sur la même carte, il y a plusieurs sujets, je crée plusieurs dossiers, et je dispatcherai mes RAW dans celui qui lui correspond. J'importe ensuite dans LR. Je crée un catalogue que j'identifie de la même façon que le dossier dans lequel les RAW se trouvent. Dans la bibliothèque de LR, je commence mon travail de tri. Toutes les vues qui ne me plaisent pas sont détruites, du catalogue et du disque. Je commence très rarement le développement en suivant. il peut se passer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Quand je me décide, je ne développe mes photos, une par une, jamais de traitement par lot. Là encore, je détruis les vues qui me déplaisent. Je travaille le RAW en couleur de manière à ce que le résultat coïncide à ce que je pense avoir vu. Il m'arrive de basculer en n&b. Selon le rendu que je souhaite, j'emploie LR ou je joue aussi avec CS4, où j'ai le pluging adéquat. Une fois le résultat final obtenu, j'enregistre un JPEG à la taille, et à la résolution dont j'ai besoin. Pour finir, je sauvegarde, avant je gravais même. Mais maintenant que j'ai trois disques durs externes, je ne le fais plus. Mes trois DD externes s'appellent rouge, rouge vif, et rouge foncé. Sur le premier, je ne place que mes RAW. Sur les deux autres, j'exporte le catalogue de LR. Par fainéantise, j'enregistre aussi les PSD que j'ai du générer, pour ne pas avoir à les refaire,et le JPEG que j'ai obtenu soit pour ma galerie ou autre. Je synchronise les deux DD pour achever ma sauvegarde. À ce moment-là, je formate ma ou mes cartes mémoire utilisées, et je les re-range dans mon sac photo.