Sont-ils inconscients ?

Les gens portent de moins en moins de masque
même quand il est obligatoire.
Le métro était blindé, ce soir,
quand je suis rentrée du travail.
Dans moins de 2 mois,
je pourrai aller travailler à pied.

Ce matin, la file pour accéder à l’aide alimentaire
en face de mon boulot était impressionnante.
J’ai l’impression qu’elle grandit de jour en jour.

Il y a 32 ans

Il y a 32 ans mourait ma mère.
Mon monde s’effondrait.
Il y a quelques jours,
la mère d’une amie mourait aussi violemment.
Son monde est effondré.
Je m’inquiète sur ma capacité à
l’aider, tellement cette similitude me heurte.

Je suis pas encore prête

Ce matin, je vais au marché.
Il n’y avait plus le film plastique
qui protégeait les vendeurs.
Les gens n’avaient plus de masques.
Sur le coup, j’étais étonnée,
pas rassurée.

Je me suis fait tester

Il y avait un dépistage organisé
pas loin de chez moi.
Après maintes hésitations,
j’ai décidé d’y aller.
Je me retrouve face à quelqu’un qui
me parle pour m’expliquer la marche à suivre.
Je ne l’écoute plus,
son masque est sous son nez.
Elle me parle et je ne suis pas sûre
d’être à plus 1m d’elle.
La seule chose que je suis capable
de lui dire est : votre masque est sous votre nez.
Sa collègue aperçoit mon “malaise”.
Elle me dit de rejoindre la file.
Je me suis levée.
Et j’ai attendu mon tour pour le médecin.
Ensuite le test de la goutte sur le doigt,
puis le test, dans le nez,
fortement désagréable.
Les résultats de la goutte de sang
sont négatifs.
Les autres, je les aurai mardi.
S’ils sont positifs,
je serai appelé avant.

Décision, à la place de

Je me suis plusieurs fois demandée
pourquoi, dans les EHPAD,
les personnes n’avaient pas eu leur mot à dire.
Visiblement, en ce qui concerne le CODIR,
c’est au niveau de la direction des EHPAD,
ou plus haut que les décisions
ont été prises les concernant,
sans même les consulter.
Pourquoi ont-ils perdu leur autonomie ?

Seule

La crise d’Épi m’a renvoyé avec violence
ma solitude en pleine face.
Seule, je serai un jour,
à devoir prendre une décision qui
maintenant me fait peur.
Seule, je suis aujourd’hui
avec cette réflexion-là.
Cette situation me rappelle que
la mort fait partie de la vie,
de façon encore plus intense que le COVID.

Déconfinement, jour 6

D_p.jpg

Dure réalité de la vie

Une corneille était en train de
manger un pigeon,
quand je rentrais du boulot.
Je donne à manger aux bestioles.
Épi, dans la pièce à vivre,
émet des bruits bizarres.
Je la touche, elle tombe
inerte sur le côté,
les yeux dans le vide.
J’ai eu très peur.
J’ai appelé un vétérinaire en urgence.
J’ai eu une personne qui
m’a conseillé un vétérinaire à domicile.
C’est ce que j’ai fait.
Quand il est arrivé, elle allait mieux.
Il l’a ausculté,
ce n’est pas ses reins.
Ça peut être neurologique.
Demain, je vais prendre RDV
avec ma véto pour la suite.

Déconfinement, jour 1

J’ai super mal dormi,
j’angoissé à l’idée
de prendre le métro.
Et ça c’est bien passé, ce matin,
sur la ligne 8 et sur la 12.
Je n’avais jamais vu la station
de Madeleine aussi propre.
À Pigalle, il y avait des policiers,
ils se sont gentiment de mon masque playmobil.
Même ce soir, le métro était tranquille.
Beaucoup ne respectent plus
les gestes barrières,
soit parce qu’ils en ont rien à faire,
soit parce qu’il ont un masque,
soit un mélange des deux.
Ils pensent peut-être que c’est fini.

J’ai fait 12340 pas.

Jour 55 du confinement

Dernier jour de confinement,
j’ai fait 2 cakes,
un sucré aux pommes,
l’autre salé : patate douce, féta.
Je n’avais plus de levure.
J’ai cherché sur le net,
on peut mettre du bicarbonate de soude,
une petite cuillère pour 200g de farine.
Ça marche très bien.

Je ne suis sortie que
pour vider ma poubelle.

J’ai fait 4583 et monté 33 marches.

Jour 54 du déconfinement

Dernier samedi avant le déconfinement pour tous.
Apéro familial.

L’Académie est dégueulasse
de vouloir féminiser le covid.
Au masculin, il me parait plus concret.
Au féminin, il fait plus sournois.

Au prochain confinement,
j’aimerais bien avoir,
un vélo d’appartement.

J’ai fait 8144 pas.

Jour 53 du confinement

Vu le déconfinement que l’on va avoir,
je ne vois pas trop ce que ça va changer,
à part dans le métro.
Ma nièce est ravie.
Lundi, elle va voir ma sœur.
Petit Neveu va voir ses grands parents.
J’ai réservé pour Chartres,
du 5 au 7 juin.
Je ne suis pas sûre qu’après
le 2 juin, on puisse aller partout en France.
J’attends que les vols et hôtels
pour le Japon me soient remboursés,
ou que j’obtienne des bons.
J’irai l’année prochaine.

J’ai fait 7108 pas.

Jour 52 du déconfinement

J’ai encore dû monter 6 étages,
une chouette rencontre se mérite.
J’ai mangé une très bonne
part de tarte.

Je vais pouvoir aller à Chartres,
début juin.
Il faudra que je m’organise,
je ne sais pas si les restaurants,
là-bas, seront ouverts.

Je suis rentrée
en passant par l’Arc du Triomphe.

J’ai fait 15666 pas.

Jour 50 du déconfinement

J’étais étonnée que
la rhumato maintienne mon RDV.
J’y suis allée avec un masque.
Elle était rassurée.
Mon canal carpien droit fait des siennes.
Je me retrouve avec une attelle
pour dormir.
Au poignet gauche,
ce n’est qu’une tendinite.

J’ai fait 17254 pas.

Jour 49 du déconfinement

Journée compliquée,
je n’ai pas assez dormi,
tout le monde est sur les nerfs.
J’ai l’impression que plus le 11 mai
approche, plus il devient insaisissable.

Comme j’ai de la farine,
de riz.
J’ai fait un cake aux fruits secs.
J’ai mis beaucoup de fruits secs,
100 g de figues, 100 g de raisin,
100 g d’abricots.
Pour le prochain,
j’en mettrai moins.

Jour 47 du confinement

Je suis allée faire des courses.
J’étais effarée par le nombre
de vieux qui faisaient la queue.
Mais pourquoi ils ne font pas
leurs courses, en semaine, et en journée ?
J’ai vu quelqu’un avec des gants Mappa;
une avec 2 masques l’un sur l’autre,
et mal mis;
un troisième avec des gants en laine.

J’ai fait 3780 pas.

Jour 46 du confinement

Je suis quand même sortie
pour acheter du pain et
faire un tour.
Je suis tombée sur des manifestantes.

Le 1 mai est, avant tout,
l’anniversaire de ma mère.
Elle aurait eu 85 ans.
Mes morts me manquent,
souvent.

Ce matin, j’ai regardé où
aller faire un tour, début juin.
Je venais de voir une carte,
avec les fameux 100 km.
Chartres me parait sympa.

Je n’ai fait que 6478 pas.

Jour 45 du déconfinement

Je me demandais quel monde
on va léguer.
Des inégalités criantes,
des virus mortels…

Un de mes collègues hypocondriaque
est venu me voir,
pour le boulot. On a discutait,
vous devinez de quoi.
Il ne remettra pas ses fils
à l’école, avant septembre.
On se demandait comment
on va réussir à prendre le métro

J’ai fait que 8805 pas.

Jour 44 du déconfinement

Vivement demain soir, j’aurai fini
ma semaine de déconfinée.

Je viens de connecter que
je vais passer mes vacances d’été,
à Paris, début juin.
Ça va être top !

J’ai fait 11846 pas.

Jour 43 du déconfinement

Si ce virus est si dangereux
qu’il tue et qu’il plombe l’économie
pourquoi les masques,
qui sont une des armes,
pour le combattre ne nous sont pas donnés
en nombres sufisant
pour que l’on soit sûr de les porter
dans tous les espaces publics ?
5€ des masques quand on sait
qu’il en fait au minimum 3 par jour,
et par personne.
En plus, ils s’usent assez rapidement.
Je ne comprends pas.
Je ne veux pas comprendre.

Hier j’avais fait 12963 pas,
aujourd’hui, 16205.

- page 1 de 17

Articles consultés récemment

L

mes QRcodes

mon blog mon twitter J’ai trouvé cela trop amusant.

Dalida_p.jpg

Dimanche 98

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent. Il faut bien que je fasse un jeu de piste, dans le 18ième, pourvoir sa tombe.

Appart #2

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Dans le monde d'après

Liste de choses que je ferai dans le monde d’après (je la mettrai à ce jour quand j’y penserai) : ■ Aller manger un doroyaki à la boulangerie Aki. C’est fait, je suis même allée chez Tomo ■ faire la planche dans le bain ludique de la piscine de Pailleron. ■ Je referai la traversée de Paris, en passant par les quais. ■ Aller chez le coiffeur, c’est déjà trop long. C’est fait aussi. ■ Boire une bière C’est fait. ■ Repartir à la piscine ■ J’essaierai d’être moins ourse. ■ J’irai voir plus souvent ma famille, même si je pense qu’à 620 kms elle est assez près.

Pas si banal que cela

J’ai retrouvé 10€. Un ami a redonné signe de vie.