Mot-clé - émotion

Fil des billets - Fil des commentaires

#Iwak 26

Je ne cache pas mon angoisse
si je ne pouvais pas rentrer
dans mon village.
Je ne cache pas non plus,
mon angoisse d’y rentrer.


Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

#Iwak 25

De loin, je vois ou j’entends
mes copains.
Ça fait quelques semaines que
je n’en ai pas tenu un
dans mes bras.

#Iwak 17

Rage depuis ce matin
quand j’ai lu.
Je ne peux pas dire que
j’y pense à chaque instant
mais régulièrement.
Si on a le droit de dire
ce que l’on veut sur les religions.
Je n’ose pas imaginer ce que vivent
les proches de Samuel Paty.

#Iwak 7

Hier soir, une fantaisie m’a pris.
J’ai regardé les locations à New York
pour quand le monde sera
fou !


Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

#Iwak 5

J’ai horreur d’avoir des couteaux
qui ne coupent pas,
surtout les tomates.
Du coup, je passe mon temps
à les aiguiser.
C’est mon arrière-grand-mère qui
m’a appris ce geste,
quand enfant.
J’allais avec elle
ramasser de l’herbe pour les lapins,
même si ma mère les nourrissaient
tous les matins.
Il y a deux écoles,
une avec la pierre à aiguiser mouillée,
l’autre avec la pierre sèche.
Je pratique les deux
bien que je préfère la première.
Il faut arriver à trouver le bon angle
pour passer la lame sur la pierre.
Le geste approprié consiste
à caresser la lame sur la pierre,
tout est dans le poignet.
Le son indique si la lame est
correctement positionnée,
et le geste bien exécuté.
J’ai récupéré la pierre à aiguiser de mon frère.
J’y tiens beaucoup.


Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

Mon ancien chez moi

Je n’étais pas aller à Clichy,
depuis 2 ans.
J’avais RDV chez le podologue.
Puis je suis allée faire un tour,
dans mon ancien quartier.
Je n’y avais pas mis les pieds
depuis 2014.
Tout a changé, je trouvais que
le début de mon ancienne rue faisait neuf.
Devant mon ancien immeuble,
un édifice de 6 étages, je crois.
Tout le bloc a été reconstruit.
Quand j’y habitais,
j’avais la chance de ne pas
avoir de vis à vis.

L'Auberge des blogueurs

J’ai fini aujourd’hui
la lecture du jeu de l’été :
l’Auberge des Blogueurs.
C’est un splendide jeu
auquel je suis ravie d’avoir participé.

En tant que lectrice,
je me suis éparpillée,
je n’ai pas toujours priorisé le blog.
Du coup, j’ai pris trop de retard.
Et il y avait 7 à 8 billets à lire par jour.
Quand je lisais,
je voyais les personnages évoluer
comme dans une série.
J’en regarde trop, peut-être.
J’ai eu après ma participation,
celle-ci “m’obligeait” à tout lire,
une lecture très sélective.
Je ne lisais plus que
les personnages qui m’intéressaient,
désolée pour les autres.
Dans quelques temps, peut-être…

En tant qu’auteure,
j’ai pris mon personnage à la légère.
Je ne l’ai pas assez étoffé.
Il manquait de profondeur.
Faute de temps,
je n’allais pas assez sur le forum.
J’ai compris que tardivement
l’implication qu’un tel jeu réclamait.
J’aurai dû être plus organisée.
Du coup, je n’ai pas su créer d’interaction,
ni même osé.
En plus, je participais en début de jeu,
de toute façon après,
je n’aurais pas pu,
et il a fallu laisser le jeu se poser,
vivre.

Comme tout était facile.
Je sais que les frères Molette ont
accompli des prouesses.
Visuellement, le blog est très beau.
Le forum est top.

J’ai cherché à droite, texte suivant,
du texte que je venais de finir.
Je ne l’ai pas trouvé.
J’ai fini par comprendre que
c’était fini.

Plus de train pour Dreux

Quand je me suis décidée
à aller à Dreux.
J’ai pris un billet de train.
Quelle ne fût pas ma surprise,
quand j’ai vu qu’à partir de Chartres,
c’était un bus !
Si j’avais su,
j’y serais allée quand
j’étais à Chartres.
Mais comme j’entretiens
des relations ambiguës
avec la géographie,
et pire encore avec l’orientation.
Je ne l’ai pas fait.

Bref, j’arrive en gare de Chartres. Aucuns panneaux qui indiquent
la gare routière.
Je sors mon smartphone.
Je cherche l’Application qui
me permet de ne pas me perdre.
Rien !
J’en arrive même à me demander
si cette gare routière existe.
J’ai dû aborder des gens pour
leur demander s’ils étaient du coin.
Et s’ils connaissaient la gare routière.
Non, leur ignorance sur ce sujet
ne me stressait pas du tout !
Une commerçante m’a dit d’aller
tout droit, de passer un pont,
et que ça devait être par là.
Des explications aussi vagues,
plus des gens avec de légers bagages
ont fait que j’ai eu mon bus.
En courant, quand même.

Cadeau de rentrée

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Sac_p.jpg

Interrogation sur ma voisine

Ma voisine, d’en face, est une personne en situation de handicap.
Elle parle très mal, et à beaucoup de difficultés pour marcher.
Elle frappe chez moi, je suis sa voisine la plus proche,
dès qu’elle n’arrive pas à faire quelque chose,
par exemple ouvrir une boite de conserve.

Une autre voisine m’a appris
qu’elle était peut-être enceinte.
Plein de questions naissent,
nous nous inquiétons pour elle.
Clairement elle ne pourrait pas élever un enfant seule.
En plus, nous ne lui connaissons pas de copain.
Il y a une semaine quand je suis allée chez elle.
Je lui ai dit: “tiens vous attendez un bébé”!
Elle m’a répondu que non,
qu’elle avait grossi.
J’en ai parlé à une autre voisine du pallier.

Nous ne savons pas trop quoi faire.

Directions biscornues

Parce que gouine,
je me retrouve en train de manifester
pour le mariage,
bien que je sois contre.
Parce que contre la pédo-criminalité
je me retrouve à soutenir (moralement)
des personnes que je n’aurais pas
sans doute pas défendues
le reste du temps.
Je me dis que la vie prend,
quelques fois des chemins étranges,
pour me montrer la voie à suivre.

Ils sont marrants, les gens.

Dans le métro, c’est à celui qui
ouvrira la porte en premier.
Une fois, j’ai cru que le métro allait repartir.
Vivement que toutes les portes soient
automatiques.

Chartres ¥3

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

C3_p.jpg

Chartres ¥2

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

C2_p.jpg

Épi

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Epi_p.jpg


Elle a rien au cœur.
C’est une bonne nouvelle.
Elle n’a pas refait de crise.
La véto m’a demandé de filmer
la prochaine crise, si je suis présente.
J’ai des doutes sur mes capacités
à y arriver. Pourtant c’est pour que
la véto puisse voir ce qui se passe.

Partage

Nouveau Paris Carnet sur zoom.
J’aime bien. Ce soir,
Très beau moment d’échange.
@Otir, @SacripAnne, @gilda_f
@Kozlika, @franckpaul,
@PabloNSN, @noecendrier,
@samantdi, @MonsieurFraise.

Dure réalité de la vie

Une corneille était en train de
manger un pigeon,
quand je rentrais du boulot.
Je donne à manger aux bestioles.
Épi, dans la pièce à vivre,
émet des bruits bizarres.
Je la touche, elle tombe
inerte sur le côté,
les yeux dans le vide.
J’ai eu très peur.
J’ai appelé un vétérinaire en urgence.
J’ai eu une personne qui
m’a conseillé un vétérinaire à domicile.
C’est ce que j’ai fait.
Quand il est arrivé, elle allait mieux.
Il l’a ausculté,
ce n’est pas ses reins.
Ça peut être neurologique.
Demain, je vais prendre RDV
avec ma véto pour la suite.

Jour 54 du déconfinement

Dernier samedi avant le déconfinement pour tous.
Apéro familial.

L’Académie est dégueulasse
de vouloir féminiser le covid.
Au masculin, il me parait plus concret.
Au féminin, il fait plus sournois.

Au prochain confinement,
j’aimerais bien avoir,
un vélo d’appartement.

J’ai fait 8144 pas.

Jour 52 du déconfinement

J’ai encore dû monter 6 étages,
une chouette rencontre se mérite.
J’ai mangé une très bonne
part de tarte.

Je vais pouvoir aller à Chartres,
début juin.
Il faudra que je m’organise,
je ne sais pas si les restaurants,
là-bas, seront ouverts.

Je suis rentrée
en passant par l’Arc du Triomphe.

J’ai fait 15666 pas.

Je me rève

En train de faire la planche
dans le bain ludique
de la piscine à Pailleron.
L’eau y est à 29/30°.
Ensuite vers 11h,
j’irai bruncher.

- page 1 de 4

Articles consultés récemment

#Iwak 8

¤ Avoir une dent contre quelqu’un : même pas. ¤ Parler entre ses dents : ça m’arrive. ¤ Serrer les dents : je le fais des fois. ¤ Ne pas desserrer les dents : non, il faut quand même. ¤ Se casser les dents sur quelque chose : ça m’est déjà arrivé ¤ Quand les poules auront des dents : j’espère que ce n’est pas la durée de vie de ce putain de virus. ¤ Croquer la vie à pleines dents : je ne le fais pas assez souvent. Participation au jeu #IWAK proposé par Kozlika

A_p.jpg

Je me suis trompée d'heure

Je me suis trompée d’une heure, pour embaucher. Du coup, j’écoute Jeanne Added, dans le square des Abbesses. Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Reims1_p.jpg

Reims@1

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

L'Auberge des blogueurs

J’ai fini aujourd’hui la lecture du jeu de l’été : l’Auberge des Blogueurs. C’est un splendide jeu auquel je suis ravie d’avoir participé. En tant que lectrice, je me suis éparpillée, je n’ai pas toujours priorisé le blog. Du coup, j’ai pris trop de retard. Et il y avait 7 à 8 billets à lire par jour. Quand je lisais, je voyais les personnages évoluer comme dans une série. J’en regarde trop, peut-être. J’ai eu après ma participation, celle-ci “m’obligeait” à tout lire, une lecture très sélective. Je ne lisais plus que les personnages qui m’intéressaient, désolée pour les autres. Dans quelques temps, peut-être… En tant qu’auteure, j’ai pris mon personnage à la légère. Je ne l’ai pas assez étoffé. Il manquait de profondeur. Faute de temps, je n’allais pas assez sur le forum. J’ai compris que tardivement l’implication qu’un tel jeu réclamait. J’aurai dû être plus organisée. Du coup, je n’ai pas su créer d’interaction, ni même osé. En plus, je participais en début de jeu, de toute façon après, je n’aurais pas pu, et il a fallu laisser le jeu se poser, vivre. Comme tout était facile. Je sais que les frères Molette ont accompli des prouesses. Visuellement, le blog est très beau. Le forum est top. J’ai cherché à droite, texte suivant, du texte que je venais de finir. Je ne l’ai pas trouvé. J’ai fini par comprendre que c’était fini.

Non, pas si calme

Être de gauche et habiter le 15e n’est pas de tout repos. Je décide d’aller à la MEP en bus. Déjà dans celui où je suis montée, une famille manifestante. Le bus n’avait pas son parcours habituel, eux ont dû descendre pour% manifester contre moi et moi pour trouver mon chemin qu’une fliquette a dû m’indiquer. Je ne savais pas que j’allais me retrouver face à cette masse. Entourée de 3 curés en soutane, je décide de traverser pour prendre le métro. Leur service de sécurité, à cet endroit, constitué que de jeunes gens a essayé de m’empêcher de le faire. Vu mon air charmant, je suis passée… Et merde, pourquoi ont-ils si peur de perdre des acquis si oppressifs ?