Mot-clé - émotion

Fil des billets - Fil des commentaires

Interrogation sur ma voisine

Ma voisine, d’en face, est une personne en situation de handicap.
Elle parle très mal, et à beaucoup de difficultés pour marcher.
Elle frappe chez moi, je suis sa voisine la plus proche,
dès qu’elle n’arrive pas à faire quelque chose,
par exemple ouvrir une boite de conserve.

Une autre voisine m’a appris
qu’elle était peut-être enceinte.
Plein de questions naissent,
nous nous inquiétons pour elle.
Clairement elle ne pourrait pas élever un enfant seule.
En plus, nous ne lui connaissons pas de copain.
Il y a une semaine quand je suis allée chez elle.
Je lui ai dit: “tiens vous attendez un bébé”!
Elle m’a répondu que non,
qu’elle avait grossi.
J’en ai parlé à une autre voisine du pallier.

Nous ne savons pas trop quoi faire.

Directions biscornues

Parce que gouine,
je me retrouve en train de manifester
pour le mariage,
bien que je sois contre.
Parce que contre la pédo-criminalité
je me retrouve à soutenir (moralement)
des personnes que je n’aurais pas
sans doute pas défendues
le reste du temps.
Je me dis que la vie prend,
quelques fois des chemins étranges,
pour me montrer la voie à suivre.

Ils sont marrants, les gens.

Dans le métro, c’est à celui qui
ouvrira la porte en premier.
Une fois, j’ai cru que le métro allait repartir.
Vivement que toutes les portes soient
automatiques.

Chartres ¥3

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

C3_p.jpg

Chartres ¥2

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

C2_p.jpg

Épi

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Epi_p.jpg


Elle a rien au cœur.
C’est une bonne nouvelle.
Elle n’a pas refait de crise.
La véto m’a demandé de filmer
la prochaine crise, si je suis présente.
J’ai des doutes sur mes capacités
à y arriver. Pourtant c’est pour que
la véto puisse voir ce qui se passe.

Partage

Nouveau Paris Carnet sur zoom.
J’aime bien. Ce soir,
Très beau moment d’échange.
@Otir, @SacripAnne, @gilda_f
@Kozlika, @franckpaul,
@PabloNSN, @noecendrier,
@samantdi, @MonsieurFraise.

Dure réalité de la vie

Une corneille était en train de
manger un pigeon,
quand je rentrais du boulot.
Je donne à manger aux bestioles.
Épi, dans la pièce à vivre,
émet des bruits bizarres.
Je la touche, elle tombe
inerte sur le côté,
les yeux dans le vide.
J’ai eu très peur.
J’ai appelé un vétérinaire en urgence.
J’ai eu une personne qui
m’a conseillé un vétérinaire à domicile.
C’est ce que j’ai fait.
Quand il est arrivé, elle allait mieux.
Il l’a ausculté,
ce n’est pas ses reins.
Ça peut être neurologique.
Demain, je vais prendre RDV
avec ma véto pour la suite.

Jour 54 du déconfinement

Dernier samedi avant le déconfinement pour tous.
Apéro familial.

L’Académie est dégueulasse
de vouloir féminiser le covid.
Au masculin, il me parait plus concret.
Au féminin, il fait plus sournois.

Au prochain confinement,
j’aimerais bien avoir,
un vélo d’appartement.

J’ai fait 8144 pas.

Jour 52 du déconfinement

J’ai encore dû monter 6 étages,
une chouette rencontre se mérite.
J’ai mangé une très bonne
part de tarte.

Je vais pouvoir aller à Chartres,
début juin.
Il faudra que je m’organise,
je ne sais pas si les restaurants,
là-bas, seront ouverts.

Je suis rentrée
en passant par l’Arc du Triomphe.

J’ai fait 15666 pas.

Je me rève

En train de faire la planche
dans le bain ludique
de la piscine à Pailleron.
L’eau y est à 29/30°.
Ensuite vers 11h,
j’irai bruncher.

Jour 46 du confinement

Je suis quand même sortie
pour acheter du pain et
faire un tour.
Je suis tombée sur des manifestantes.

Le 1 mai est, avant tout,
l’anniversaire de ma mère.
Elle aurait eu 85 ans.
Mes morts me manquent,
souvent.

Ce matin, j’ai regardé où
aller faire un tour, début juin.
Je venais de voir une carte,
avec les fameux 100 km.
Chartres me parait sympa.

Je n’ai fait que 6478 pas.

Jour 44 du déconfinement

Vivement demain soir, j’aurai fini
ma semaine de déconfinée.

Je viens de connecter que
je vais passer mes vacances d’été,
à Paris, début juin.
Ça va être top !

J’ai fait 11846 pas.

Jour 35 du déconfinement

Sur la place Pigalle, des sdf,
plus que d’habitude.
Ils ont faim, plus que d’habitude.
Chez Emmaüs, la file est plus longue
que d’habitude.
Mon aide est plus importante que
d’habitude, mais une goutte d’eau
face à la crise à peine naissante.

Mes nouveaux masques sont mieux.
J’ai toujours du mal à respirer avec.
Ça me stresse.

Pour rentrer, j’ai décidé d’aller prendre
le métro à Opéra.
Photographier ce vide
ou presque.

J’ai fait 13084 pas.

Jour 29 du déconfinement

Comme je n’irai pas au Japon.
Je suis des twittos qui en parlent,
du Japon.

On a fêté deux anniversaires,
en vidéoconférence.
Si sympa et en même temps étrange
de se retrouver ensemble
à des centaines de kilomètres.

J’ai fait 13653 pas et monté
qu’une trentaine de marches.

Jour 25 du déconfinement

Je ne sais pas si c’est l’effet masque
mais les gens se rapprochent de plus en plus.
Ils sortent aussi de plus en plus.
J’ai l’impression qu’au début,
ils avaient peur,
et maintenant plus du tout.
Surtout s’ils connaissent
personne qui a chopé le covid.
En plus le stress généré par le confinement
ne fait pas ressortir le meilleur
chez nous.
Pour combattre les effets du gel
sur mes mains et poignets,
je mets de l’huile d’amande douce.
Et vous ?
J’ai fait 14955 pas et monté
une centaine de pas.

Jour 23 du déconfinement

J’ai super mal dormi.
J’ai eu une bonne nouvelle,
elle devrait être tirée d’affaire.
J’ai reçu les masques que
ma sœur a fait.
Ils me paraissent trop petits.
Il y avait beaucoup de monde
dans les rues, et dans le métro.
Ceux qui portent des masques
ne font que peu attention
aux distances.

J’ai fait 14210 pas
et monté une centaine de marches.

Jour 22 du confinement

Ce matin, je suis allée
dans un magasin bio
à côté de chez moi,
plus d’œufs. En sortant,
une femme à dit à son mari
de se reculer car
je n’avais pas de masque.
Je ne saurai dire ce que
cela m’a fait d’être capable
de faire peur à quelqu’un,
en plus je fais très attention aux distances.
C’est la seule chose qui me rassure
avec le lavage des mains.
Cet après-midi, j’ai appris que
la semaine prochaine,
nous serons essentiels tous les jours.
Je serai donc déconfinée
du lundi au vendredi.
Ça m’a énervée.
Je suis ressortie m’acheter
de la glace à la pistache,
le magasin est à côté.
Je fais attention à me passer les mains,
au gel dès que je suis sur le trottoir,
en rentrant et en sortant du magasin.
Dès que je rentre chez moi, aussi.
Je sais c’est très con d’être ressortie,
surtout pour de la glace.
À ce moment là, elle était essentielle.
Il me semble que je rencontre plus
de risques à prendre le métro
deux fois par jour;
et à être au contact du public.

Je n’ai fait que 3460 pas et
monté 66 marches.

Jour 21 du déconfinement

Plus de gens dans le métro.
D’autres que moi doivent être
essentiels à la nation.
Je ne sais toujours pas comment
prendre cela !
Aller travailler, un jour sur deux,
il ne faut pas que
l’on soit tous malades en même temps,
me permet d’évacuer mes angoisses.
J’ai aussi les moyens de travailler
de chez moi.
J’ai de plus en plus
de malades dans mon entourage.
Deux d’entre eux m’inquiètent beaucoup.

J’ai fait 16818 pas et
monté une centaine de pas.

Jour 17 du déconfinement

La journée a commencé très, trop tôt 5h.
Un sms avait fini d achever ma nuit.
Elle avait des symptômes.
12h30, c’est bien ça, 2 semaines d’arrêt.
En espérant qu’elle n’ait pas une forme sévère.
Plus la crise avance,
plus j’angoisse car il y a de plus en plus
de personnes que je connais,
de proches qui l’ont.
Je me sens démunie et impuissante.
La journée a été compliquée.
En allant prendre le métro,
j’ai vu une enfant et sa mère
avec chacune un masque rose.
Ça m’a achevé.

J’ai fait 16519 pas et
monté une centaine de marches.

- page 1 de 4

Articles consultés récemment

Grande réflexion de la journée

plus on vieillit, plus nos culottes grandissent.

Détails du samedi soir

Ce matin, en rentrant du boulot, j’ai remis à distance un resquilleur, dans le métro, du coup, il est resté de l’autre côté du portique. Je crois que je préfère écrire mes billets le soir plutôt que le matin. Et vous, vous préférez quand ? Épi va bien, et Fil est toujours peste. J’ai aimé lire Anthom, je ne suis pas la seule.

Bouton off

J’ai repris le travail hier, après 17 jours de congés. Mes insomnies ont recommencé dés la première nuit. J’ai sommeil. Je me couche et là, je commence à penser à tout ce que j’ai à faire, ou à penser que je n’arriverai pas à relever le défi que j’ai accepté. Il faudrait que j’arrive à ne plus cogiter quand je devrais m’endormir. Plus facile à dire qu’à faire.

Poisson_p.jpg

Des poissons dans la Seine

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.