Je suis pas encore prête

Ce matin, je vais au marché.
Il n’y avait plus le film plastique
qui protégeait les vendeurs.
Les gens n’avaient plus de masques.
Sur le coup, j’étais étonnée,
pas rassurée.

Commentaires

1. Le mercredi 17 juin 2020, 08:19 par Pablo

Je te comprends parfaitement. Je ne suis pas prêt non plus. Ici le port du masque est obligatoire en espaces fermés et “dans la rue si on ne peut pas assurer la distanciation” : et on ne peut pas dans la plupart des cas, mais les gens baissent les leurs allègrement (sur le menton ou, plus rarement, à moitié baissés, sous le nez). Madrid (et sa région) a “du retard” dans son déconfinement par rapport à la plupart de l’Espagne : on est encore en “phase 2” (après le confinement strict, il y a eu les phases “0” et “1” ; et après la “2” il y a encore la “phase 3”) — ce qui est dû au grand nombre de morts (par milliers) et de contagiés qu’il y a eu dans la région, mais aussi au fait que le système public de santé madrilène serait compromis en cas d’une nouvelle percée de la pandémie… dû aux coupures budgétaires depuis des années, bien évidemment (la santé et l’éducation sont des compétences qui dépendent quasi complètement des gouvernements des communautés autonomes (régions) ) —. Bref. Toujours est-il que le 21 juin finit l’état d’urgence dans tout le pays et, si j’ai bien compris, on sera rentrés dans ce qu’on appelle officiellement ici la “nouvelle normalité” (Madrid ne sera pas passé, donc, par la “phase 3”, si j’ai bien compris), on rouvrira les frontières aux voyageurs du reste de l’UE (sans quatorzaine) et on fera de même pour le reste du monde le 1er juillet. Je crois que le port du masque restera obligatoire dans les conditions actuelles, mais je n’en suis pas sûr. Non, je suis pas encore prêt non plus pour tout ça. Et je crains qu’on n’aille trop vite et que les gens ne se comportent d’une façon trop imprudente (t’aurais dû voir, p. ex., l’engouement pour les terrasses dès que celles-ci ont rouvert, il y a déjà trois semaines, je crois, quand on est passés en “phase 1” ; et le comportement complètement irresponsable de la plupart des utilisateurs de ce (on dirait) ‘service essentiel’…).

2. Le mercredi 17 juin 2020, 17:55 par Cunegonde

C’est un peu ça ici aussi. En fait, c’est une minorité insouciante qui se pense comme avant le covid.
J’ai pourtant du mal à croire à une seconde vague. En automne peut être réapparaîtra t-il mais on ne reconfiguera pas, ou pas de la même façon.

3. Le lundi 22 juin 2020, 20:28 par virevolte

Et bien moi ce matin je n’étais pas pr^te non plus de voir mes élèves se rapprocher et se toucher… mais on n’a pas le choix, plus de distanciation en maternelle !
Il paraît même que certains enseignants ne portent plus le masque …
j’espère que nous n’allons pas vers une seconde vague …

4. Le mardi 23 juin 2020, 21:49 par Cunegonde

J’espère aussi.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2676

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Brève de ma voisine

” C’est comme dans les magasins chez toi, le gel est à l’entrée”.

Enterrement

Je suis dans mon village. Samedi, j’assisterai à un enterrement. Nous avons parlé de ce que nous souhaitons à nos enterrements respectifs avec ma sœur.

Manif

je suis allée à la manif dont j’ai publié l’affiche ici. Je n’ai pas aimé voir des gens portant une capuche sur la tête et un foulard sur le visage. Je n’ai pas aimé la façon dont m’a répondu celui à qui je demandais une explication à cela. Je n’ai pas aimé sa manière de me parler. Pourquoi pour combattre le fascisme, Ils utilisent les mêmes armes qu’eux ? Si vous cliquez sur la photo, elle s’aggrandit

Grande découverte cullimnaire

Oui, j’ai découvert les navets longs. Très facile à cuisiner, il faut les peler, les découper très fines rondelles. Au dernier moment, les arroser légèrement d’huile d’olive.

L'externalisation du pot de départ

Mon pot est principalement constitué de pizzas et de coca. Une collègue m’explique que pour elle c’était trop. Elle amènerait sa gamelle, et ramènerait la pizza à la maison, pour son compagnon et elle.