Décision, à la place de

Je me suis plusieurs fois demandée
pourquoi, dans les EHPAD,
les personnes n’avaient pas eu leur mot à dire.
Visiblement, en ce qui concerne le CODIR,
c’est au niveau de la direction des EHPAD,
ou plus haut que les décisions
ont été prises les concernant,
sans même les consulter.
Pourquoi ont-ils perdu leur autonomie ?

Commentaires

1. Le jeudi 21 mai 2020, 10:56 par Anthom

Je peux te dire ( je te parlais de mon bénévolat dans mon précédent commentaire: je préside une association qui gère un Hébergement temporaire assimilé à une EHPAD, un Accueil de jour pour les maladies cognitives et un SSIAD - soins infirmiers à domicile- ) que ce ne sont pas les directions des EHPAD qui ont pris les décisions mais les ARS dont elles dépendent et cela a engendré des situations dramatiques face auxquelles nous avons les mains liées.
Par contre le dialogue avec les familles, chez nous du moins car nous sommes une petite structure, a été toujours maintenu, nous avons mis en place des solutions qui ont permis aux personnes aux pathologies les moins lourdes de pouvoir continuer à échanger avec leurs proches (skype, page fecebook) mais pour les résidents atteints de pathologies cognitives cela a conduit à une aggravation de la maladie.
Pour l’instant nous nous battons pour que le déconfinement s’accélère pour eux!

2. Le vendredi 22 mai 2020, 06:07 par Cunegonde

ok. Les résidents, ce qui le peuvent, non jamais pu exprimer leur souhait alors.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2657

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Jour 54 du déconfinement

Dernier samedi avant le déconfinement pour tous. Apéro familial. L’Académie est dégueulasse de vouloir féminiser le covid. Au masculin, il me parait plus concret. Au féminin, il fait plus sournois. Au prochain confinement, j’aimerais bien avoir, un vélo d’appartement. J’ai fait 8144 pas.

Dimanche 61

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Je suis allée voir l’expo de William Eggleston. Cela m’a redonné envie de refaire des photos banales. J’ai même créé une catégorie qui s’appelle banalité. J’y publierai des photos prises la plupart du temps avec mon smartphone, quoique et qui ne montrent que la banalité des choses. Souvent des objets, pas toujours.

Sieste

Je vais faire la sieste. Résultat : les 2 bestioles sont sur le lit, et moi j’ai repassé.

Directions biscornues

Parce que gouine, je me retrouve en train de manifester pour le mariage, bien que je sois contre. Parce que contre la pédo-criminalité je me retrouve à soutenir (moralement) des personnes que je n’aurais pas sans doute pas défendues le reste du temps. Je me dis que la vie prend, quelques fois des chemins étranges, pour me montrer la voie à suivre.

Déconfinement, jour 1

J’ai super mal dormi, j’angoissé à l’idée de prendre le métro. Et ça c’est bien passé, ce matin, sur la ligne 8 et sur la 12. Je n’avais jamais vu la station de Madeleine aussi propre. À Pigalle, il y avait des policiers, ils se sont gentiment de mon masque playmobil. Même ce soir, le métro était tranquille. Beaucoup ne respectent plus les gestes barrières, soit parce qu’ils en ont rien à faire, soit parce qu’il ont un masque, soit un mélange des deux. Ils pensent peut-être que c’est fini. J’ai fait 12340 pas.