Jour 5 du confinement

Comme beaucoup aujourd’hui,
j’ai fait le ménage à fond.
J’ai fait tourné une machine,
J’ai lavé tout le linge, veste, pantalon de jogging
qui était posé sur une chaise dans ma chambre.
J’ai traîné sur les réseaux sociaux.
J’ai un peu bossé ce matin.
Il faut joindre tous ceux qui
doivent reprendre lundi,
les écouter, les rassurer.
Sans protection : gel, gants, masque;
pas d’ouverture.
A 20 h, des fenêtres, on a applaudi,
du coup, on se voit entre voisins.
On se parle, l’immeuble forme un U,
ça facilite les échanges du soir.
Même des fenêtres du foyer de travailleurs,
ce soir, des applaudissements se sont fait entendre.
L’idée d’une liste, de ce que je ferai que
dans le monde d’après, est née.
J’ai fait 4608 pas et monter 33 marches.
A part pour la poubelle,
je ne sors que mardi.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2582

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Katmandou

Reconstruire pour rêver à nouveau.

Un blog, ce n'est pas toujours simple

Ce n’est pas le tout de faire des erreurs et de se retrouver à la porte de son blog. Il faut pouvoir l’expliquer sur le forum de dotclear, afin que des sorciers puissent vous venir en aide. Cela nécessite donc d’avoir le vocabulaire approprié et de pouvoir retranscrire de façon la plus fiable possible ce qui s’est passé, ou ce que l’on a pas compris (voire les deux). Avant-hier, je me suis rendu compte qu’expliquer ces erreurs n’est pas si aisé. Comme me l’a signifié Kozlika « dire que cela ne marche pas, ça n’aide pas. » C’est si vrai. Je n’avais pas compris que je devais me connecter à ce nouvel espace avec un nouvel identifiant puisqu’il est dans le même espace que ce blog-ci, et que dans l’admin, il existe un menu déroulant m’y donnant accès. Maintenant, tout est rétabli, ou presque.

Marche 2016

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Des veuves

J’expliquais à des copines hétérotes que la plupart des lesbiennes que je connais, portent beaucoup de noir. A. me dit : “non, celle que je vois,ne sont pas en noir”. Ce à quoi je réplique que celles que je connais si! Cri du cœur de A. : “elles sont veuves !”

Ha, la culture !

Je me suis retrouvée, tout un long week-end avec le téléphone portable d'astreinte du boulot. Je me suis hâtée de l'éteindre. Le risque d'avoir un appel était si minime à la base que je l'ai stoppé net. Quand le lundi matin, je l'ai rallumé, il m'a demandé le code PIN. Bien entendu, celui-ci ne m'avait pas était donné ! En deux secondes, trois mouvements, je l'ai grillé. Il me fallait donc le code Puk. J'appelle le SAV du fournisseur. J'explique mon souci, une charmante voix masculine me demande le numéro de téléphone. Cette charmante voix me demande si ce téléphone est bien à monsieur Guy Môquet.