Désorientation

Avec une amie, nous décidons
d’aller à Montreuil depuis Les Halles.
Elle me dit de toute façon,
on va à l’Est.
Ce à quoi, je réplique :
“tu sais où est l’Est toi ?”
Elle me répond :
“attends, je sors mon téléphone.”

Partage

Commentaires

1. Le lundi 14 janvier 2019, 09:28 par Gilsoub

“Faut arrêter ces conneries de nord et de sud ! Une fois pour toutes, le nord, suivant comment on est tourné, ça change tout !” Perceval (Kamelott) ;-)

2. Le mardi 15 janvier 2019, 11:59 par Cunégonde

Tout à fait.

3. Le samedi 19 janvier 2019, 19:04 par Obni

Après on peut toujours pendre une boussole… Ou chercher un cardinal pour lui demander…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2361

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

A la Tour effeil

Il faut savoir que je fais assez touriste, même dans mon village, j'arrive à passer pour une touriste pour les nouveaux habitants. A la Tour Eiffel, avec ma nièce, c'est moi que les vendeurs de trucs à touristes prennent pour La Touriste. Aucun s'est adressait à elle. Un par contre fut somptueux, il a eu un argument de vente choc: "moins cher que gratuit!!"

Crotte

Je ne savais qu’un jour je m’intéresserai à ce point, aux crottes de mes bestioles.

Appel citoyen

Engagez-vous, signez la pétition. Elle est là: http://nonalapolitiquedupilori.org/

Brève de promeuse avec enfants à Pigalle

“Ici, c’est plutôt un quartier, pour adultes”.

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha ma mini fougère n’avait pas apprécié mes vacances, pendant celles-ci, je l’avais mise dans une grande casserole pleine d’eau. Comme cela elle était arrosée. Pour Hubert, le lierre, j’avais opté pour un embout que l’on visse à une grande bouteille peine d’eau que l’on enfonce ensuite dans la terre. Ce système s’est avéré très efficace. Pour Bertha, il ne convenait pas, son pot est trop petit. Bref, je pensais que Bertha était au plus mal. Je l’ai mise à la poubelle. J’ai étudié le chemin avec le moins de marche à cause de mon orteil, et hop direction un marchand de plantes ouvert tout le temps. Arrivée là-bas, je cherche les fougères, Elles étaient en moins bonne forme que Bertha. J’ai pris un Arthur, un asparagus. Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain. Une fois rentrée chez moi, une crise de culpabilisation aigüe m’a conduite à sauver Bertha du gouffre de la poubelle (un sac en plastique que donne le fruitier sur le marché.) Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place. J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.