Brève de vieux dans l'ascenseur

“L’année prochaine, j’ai
trente et un ans.
Je passe dans le camp
des anciens.”

Partage

Commentaires

1. Le vendredi 17 août 2018, 07:58 par mirovinben
-)
2. Le vendredi 17 août 2018, 15:17 par Anthom

Alors moi, je dois être une vieillarde cacochyme!!!

3. Le vendredi 17 août 2018, 18:02 par Cunégonde

Ils n’ont pas précisé à quel âge on était vieux.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2316

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Écran de samsung note 2

Hier, en fermant mes volets, j’ai senti un bruit très léger venant de ma poche gauche de mon jean. Je sors mon note de cette poche. Mon écran est fendu. Une belle araignée était apparue sur toute la partie droite. Franchement les écrans des smartphones sont trop fragiles.

Immortalité ?

Durant une émission radio, l'artiste (dont je ne me souviens plus le nom) expliquait son besoin de laisser une œuvre à la postérité. Ma réaction immédiate fut de penser, mais pour quoi faire ? C'est vrai, je comprends mal ce besoin si fort chez certains. À quoi peut nous servir, de notre vivant, de laisser une trace à la postérité, à des personnes que nous ne connaîtrons pas, si ce n'est combler notre égo ? Je crois fortement qu'une fois mort nous ne continuons d'exister que dans le cœur de ceux qui nous aiment. Ne peuvent être retenus, par nos proches, que l'amour, l'amitié que nous leur portons, ou des émotions contraires, les actes qui les ont marqués. Ce qui fait qu'ils continueront à penser à nous pendant longtemps. Même pour un artiste, seul son personnage public demeure après sa mort. Sa vie privée n'est que peu accessible. Marquer la postérité nourrirait-il ce rêve d'immortalité ?

Débranche !

Je me demande si avec les problèmes d’insomnie dûs au non débranchage, je n’essaierai pas la sophrologie.

Chateau_p.jpg

Chateau d'eau

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Machiste y compris en courant

Je me balade tranquillement sur une petite allée. Un homme arrive en courant, en face de moi. Je ne m’écarte pas. Il me double sur la droite, en émettant un haha de fierté mal placée !