Taille

J’achète tous mes tee-shirts
à manches longues,
toujours dans les 2 mêmes magasins.
Je prends toujours la même taille,
du M chez les hommes,
du L chez les femmes.
Mais hier dans un de mes magasins préférés,
j’ai dû rétrécir et maigrir,
les deux à la fois.
Le M homme était trop grand,
de 5 cm aux manches, et beaucoup
trop large.
J’ai dû prendre du S.

Partage

Commentaires

1. Le samedi 30 décembre 2017, 09:04 par mirovinben

Mais non, ce n’est pas de ta faute !
C’est juste que l’homme essaye de prendre de l’ampleur et de l’envergure pour impressionner la concurrence (féminine, forcément)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2230

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Courses

Ce matin, je fais mes courses, en même temps qu'une course. Je suis arrivée devant une foule, à la porte du supermarché. Cela m'a rappelé ma jeunesse quand je prenais part à des départs de demi-fond.

Mélange adéquat

Je n’ai jamais vu autant de curés, et de bonnes sœurs, ici, ni autant de militaires. Je n’ai jamais autant croisé de couples de gouines.

Une garce d'application

Je télécharge une application qui a besoin d’avoir accés à la postion de l’appareilnpoir fonctionner. J’essaie plusieurs fois, cela me ramène sans cesse aux paramètres. Je désinstalle, réinstalle, rien. J’y passe une partie de la soirée avant de capituler. Le lendemain matin, à l’aube, j’ai l’idée d’aller voir sur les forums. Pour, à la fin, trouver que cela vient de mon application pour la lumière bleue. Une fois, mise en pause, l’application que je venais de télécharger fonctionnait.

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha ma mini fougère n’avait pas apprécié mes vacances, pendant celles-ci, je l’avais mise dans une grande casserole pleine d’eau. Comme cela elle était arrosée. Pour Hubert, le lierre, j’avais opté pour un embout que l’on visse à une grande bouteille peine d’eau que l’on enfonce ensuite dans la terre. Ce système s’est avéré très efficace. Pour Bertha, il ne convenait pas, son pot est trop petit. Bref, je pensais que Bertha était au plus mal. Je l’ai mise à la poubelle. J’ai étudié le chemin avec le moins de marche à cause de mon orteil, et hop direction un marchand de plantes ouvert tout le temps. Arrivée là-bas, je cherche les fougères, Elles étaient en moins bonne forme que Bertha. J’ai pris un Arthur, un asparagus. Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain. Une fois rentrée chez moi, une crise de culpabilisation aigüe m’a conduite à sauver Bertha du gouffre de la poubelle (un sac en plastique que donne le fruitier sur le marché.) Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place. J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.

Le pays des chiens

Pour moi, les USA sont le pays des chiens. Je vois plus de gens avec des chiens, que de gens avec des enfants. J’avais remarqué ça à New York.