Le jour où

J’apprends que
bayer n’est pas bâiller.
Je n’ai plus à imaginer
les corneilles ouvrant grand
leurs becs !

Partage

Commentaires

1. Le mardi 14 novembre 2017, 14:27 par mirovinben

Te souviens-tu du “Corneille” valant 100 francs ?

J’ai du bayer plus d’une fois devant un exemplaire à une époque où je n’avais qu’un “Hugo” comme argent de poche chaque mois (à une époque où un 33 tours coûtait 12F)

2. Le mardi 14 novembre 2017, 14:51 par Cunégonde

Oui c est vrai.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2215

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Je m'occupe

Je bibelote, en attendant les grands travaux dus à un déménagement, mais je n’ai toujours pas de date. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Les pères participent-ils à la création d' un enfant ?

Je ne pose cette question aprés avoir entendu qu’une mère avait abandonné son bébé. Dans un tel cas, il n’est jamais question du père.

Interrogation Raptéenne

À côté de moi une personne regarde un film, sur sa tablette, dans une rame de la ligne 8, du métro. Je m’interroge sur le fait que cela me gêne. Je vois ce qu’il regarde. Je suis entrée, dans son monde, sans y être invitée.

Douleur

De cœur, plus ou pas encore; Physique, ni plus , ni moins que les autres jours; Dans la tête, alors !?

Pénible

J’éprouve une certaine pénibilité à écrire qui se transforme en : pourquoi, pourqui et aquoibon. Mes ptites banalités intessent-elles encore ? J’en ai oublié d’écrire sur ma migraine d’épaule; sur mes futurs voyages à Cologne et à Stochkölm.