Merde !

J’ai un point commun
avec celle dont je refuse de
prononcer nom et prénom.

J’aime les chats.
Et moi qui croyais que quand
on aimait les animaux,
on ne pouvait qu’être bon.

Naïve, je suis.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 20 avril 2017, 08:37 par mirovinben

Il y a pas mal d’humains qui préfèrent les animaux à leurs semblables.

Peut-être parce qu’ils considèrent consciemment ou non les animaux comme des espèces inférieures, dominables et corvéables à merci…

2. Le jeudi 20 avril 2017, 09:15 par Cunégonde

Je ne les préfère pas, je vis avec.

3. Le vendredi 21 avril 2017, 12:20 par Gilsoub

Quant tu vois comment certain éduquent leurs chien à être méchant…

4. Le samedi 22 avril 2017, 10:58 par Cunégonde

C’est parce qu’ils sont eux même méchant. Il vaut mieux un chien méchant qu’un gamin qui va devenir un adulte méchant. On connait la suite et on sait pour qui, il votera !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2144

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

escalator_p.jpg

Dimanche 83

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Cuisine

Ma première ratatouille de la saison accompagnée de lentilles roses au curry.

Boutons

Je vais chercher ma doudoune au pressing. Deux boutons de la manche droite manquaient. Et les deux de la manche gauche étaient cassés. Quand j’ai montré ça à la personne qui travaillait là, je n’ai obtenu que : “mais c’est écrit dans les conditions générales !” Avec sa main droite, il m’a montré ces fameuses conditions générales que personne ne lit.

Le bon moment

Il y a un petit peu plus de trois semaines, j’ai fait un lumbago. Moins bloquant mais plus douloureux que le premier qui a eu lieu il y a trois ans. Pour éviter ou reculer ce genre de mésaventure je me suis mise à refaire des abdos, au réveil. Si je ne les fait pas à ce moment de la journée, je ne les fais pas. Aller savoir pourquoi.

Vaporette

Vu dans la rue, un enfant d’environ 12 ans, sur une trotinette, avec à la main droite, une vaporette qui puait la fraise.