Bretelles

J’ai vu un homme qui portait
des bretelles
pour tenir son levis.
Cela m’a semblé si anachronique
que je le note, ici.

Partage

Commentaires

1. Le lundi 17 octobre 2016, 08:31 par mirovinben

Il est difficile de porter un pantalon quand le ventre est rond comme un ballon : soit le haut se retrouve au niveau du bas-ventre, soit au dessus du nombril.

Le port de bretelles est un moindre mal. ;-)

2. Le lundi 17 octobre 2016, 21:29 par Cunégonde

Il était pas rond du tout le monsieur. Musclé comme un nageur.

3. Le vendredi 20 janvier 2017, 15:34 par Minouchette

Moi je trouve tendance les bretelles !!!
Petit côté sophistiqué ou à l’encontre de la bienséance ???

4. Le vendredi 20 janvier 2017, 19:18 par Cunégonde

Je dirais plutôt décalé.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2036

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Cycliste mitigée

Hier vers midi, je suis allée récupérer mon beau destrier bleu. Je l’ai trouvé immense. Il faut que je m’habitue aussi au rétropédalage. Le pire est d’arriver à faire du vélo dans Paris sans avoir peur. Sur les pistes cyclables, j’adore cette fausse sensation de liberté.

Vol

Samedi, je me suis fait voler mon smartphone. Ce qui m’embête le plus n’est pas le smartphone en lui-même, malgré le prix important, mais tout ce que j’avais sur ma micro sd. Et le fait de me dire que quelqu’un peut détenir des infos sur moi.

Grillée

Moi : « pourquoi elle collectionne… Lui : en l’occurrence, c’est il. »

Nostalgie

Je suis passée devant le 67 rue Rambuteau. Il y avait un magasin de lunettes. Étonnée, j’étais ! ce trouvait là : un magnafique magasin photo que je croyais éternel bien sûr. J’y ai acheté mon appareil mytique et de légende : Mon Nikon F3. Photo Beaubourg

Ha, la culture !

Je me suis retrouvée, tout un long week-end avec le téléphone portable d'astreinte du boulot. Je me suis hâtée de l'éteindre. Le risque d'avoir un appel était si minime à la base que je l'ai stoppé net. Quand le lundi matin, je l'ai rallumé, il m'a demandé le code PIN. Bien entendu, celui-ci ne m'avait pas était donné ! En deux secondes, trois mouvements, je l'ai grillé. Il me fallait donc le code Puk. J'appelle le SAV du fournisseur. J'explique mon souci, une charmante voix masculine me demande le numéro de téléphone. Cette charmante voix me demande si ce téléphone est bien à monsieur Guy Môquet.