Ma crise de la cinquantaine

Si à 35 ans, j’ai eu
une crise existentielle.
À 50 ans, elle est sportive.
Il y a 2 ans, je me mets à la natation.
J’avais pas nagé depuis 30 ans.
Je m’achète un vélo.
22 ans après en avoir fait,
pour la dernière fois,
dans mon village.

Partage

Commentaires

1. Le mardi 4 octobre 2016, 08:55 par Annie THOMAS

Tiens! je m’aperçois que mon commentaire d’hier n’est pas passé!

2. Le mardi 4 octobre 2016, 14:29 par Franck

Et donc tu vas venir au Paris-Carnet de demain avec ta belle bicyclette ?

3. Le mercredi 5 octobre 2016, 14:02 par Cunégonde

Anne, tu n’as plus qu’à reposter.

4. Le mercredi 5 octobre 2016, 14:03 par Cunégonde

Franck, Impossible.

5. Le mercredi 5 octobre 2016, 17:25 par Franck

Dommage !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2031

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Il m'a fallu

Trois ans pour m’apercevoir que mes casseroles allaient directement sur ma gazinière à induction. J’ai eu un doute quand ma sœur est venue et que je lui ai expliqué avec un aimant comment on faisait pour savoir si une casserole allait ou pas sur une plaque à induction. Ce jour-là l’aimant que j’ai pris fonctionna. L’aimant que je prennais d’habitude, n’aimante plus. Je savais même pas que cela pouvait arriver.

Enterrement

Je suis dans mon village. Samedi, j’assisterai à un enterrement. Nous avons parlé de ce que nous souhaitons à nos enterrements respectifs avec ma sœur.

Ronron

Lecteur audio intégré

Le genre des manteaux

Un manteau de femme a la fermeture éclair à gauche. Un manteau d’homme l’a à droite. Un manteau de femme n’a pas de poche intérieure. Un manteau d’homme en a plein.

Le foot, ce lien social.

Les derniers évènements, dans mon village, me ramènent vers mon enfance. Je me souviens que, j’allais voir les matchs de foot dominicaux. La liberté, j’avais le droit vers 7, 8 ans, d’enfourcher mon vélo, et d’y aller seule. Il n’y avait que ça, à faire. J’y rencontrais donc les copains, copines. J’y retrouvais mon grand-père. On y avait même nos idoles.