Cycliste mitigée

Hier vers midi, je suis allée
récupérer mon beau destrier bleu.
Je l’ai trouvé immense.
Il faut que je m’habitue aussi
au rétropédalage.

Le pire est d’arriver à faire
du vélo dans Paris sans avoir peur.
Sur les pistes cyclables,
j’adore cette fausse sensation
de liberté.

Partage

Commentaires

1. Le vendredi 30 septembre 2016, 07:39 par mirovinben

Rétropédalage ? Ça freine quand on pédale à rebours ? J’ai pratiqué un peu un vélo de ce genre et ai failli chuter moult fois…

2. Le vendredi 30 septembre 2016, 19:16 par Cunégonde

Je trouve ça agréable. C’est le redémarrage qui me pose problème car on ne peut pas faire revenir la pédale. Il faut prévoir de s’arréter avec les pédales horizontales. Comme je suis petite et le vélo haut, j’ai du mal à prendre de l’élan pour me lancer.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/2028

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Vol

Samedi, je me suis fait voler mon smartphone. Ce qui m’embête le plus n’est pas le smartphone en lui-même, malgré le prix important, mais tout ce que j’avais sur ma micro sd. Et le fait de me dire que quelqu’un peut détenir des infos sur moi.

Grillée

Moi : « pourquoi elle collectionne… Lui : en l’occurrence, c’est il. »

Nostalgie

Je suis passée devant le 67 rue Rambuteau. Il y avait un magasin de lunettes. Étonnée, j’étais ! ce trouvait là : un magnafique magasin photo que je croyais éternel bien sûr. J’y ai acheté mon appareil mytique et de légende : Mon Nikon F3. Photo Beaubourg

Ha, la culture !

Je me suis retrouvée, tout un long week-end avec le téléphone portable d'astreinte du boulot. Je me suis hâtée de l'éteindre. Le risque d'avoir un appel était si minime à la base que je l'ai stoppé net. Quand le lundi matin, je l'ai rallumé, il m'a demandé le code PIN. Bien entendu, celui-ci ne m'avait pas était donné ! En deux secondes, trois mouvements, je l'ai grillé. Il me fallait donc le code Puk. J'appelle le SAV du fournisseur. J'explique mon souci, une charmante voix masculine me demande le numéro de téléphone. Cette charmante voix me demande si ce téléphone est bien à monsieur Guy Môquet.

La tête dans les étoiles

Hier, pique-nique avec des inconnus, pour la plus grande majorité, rencontrés sur le site Zelink. Je connaissais l'organisatrice. Nous ne pouvions pas mourir de faim. Tout était bon. Ensuite, cinéma en plein air, nous étions là pour voir : My own private Idaho. Les étoiles aussi étaient là, deux têtes devant moi occupaient un bon quart de l'écran, j'en ai profité pour contempler la Grande Ourse, c'est si rare à paris. Même le soupçon d'averse prévu et annoncé vers 23h fit son apparition, de la grande organisation et la synchronisation avec la météo.