Le zouave

Comme je rentrais chez moi
à pied. J’ai traversé la Seine
au pont d’Alma.
Je crois que je ne l’avais jamais pris en photo.
Ensuite, j’ai vu une calèche.
Une grande heure de marche.

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1991

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Solution

Pour que Fil entre sans peur dans leur sac de voyage, j’y ai mis de l’herbe à chat. Là, Fil y est chouchée. Pourquoi je n’y ai pensé plus tôt ?

Je pleure mon vieux compagnon

Cela faisait 10 ans que nous partagions le même appart. Samedi, dans la soirée, il s’est arrêté d’aspirer !

Provocation

Le problème avec la provocation est que l’on sait que l’on va avoir une réaction, mais laquelle ?

Houspiller

Qui ? Peut-être un des membres du jury de l’entretien que je dois avoir vendredi après-midi.

Inviter

Cela a l’air un acte si anodin, si banal qu’il ne l’est pas pour moi. Recevoir, me déclenche des crises d’angoisse. Tout doit être parfait. Entrer dans mon antre, n’est pas une intrusion mais quand même. En plus comme je n’aime pas cuisiner je n’invite pas à manger. Rare sont ceux qui ont partagé un repas, chez moi, avec moi. Ailleurs, quand ce n’est pas moi qui cuisine, c’est plus simple. Moins de pression à gérer. En plus, je me suis aperçue qu’il était plus aisé pour un homme célibataire de ne pas cuisiner donc de ne pas inviter que pour une femme célibataire. Je suis encore à chercher une marque de bière pour une future invitation. J’ai encore un peu de temps devant moi. Ils sont dans une lointaine contrée, pour le moment.