Réponse à Anthom

« Tu vas bien ? »

Quand j’ai lu sa question,
je me suis demandée pourquoi
elle me l’a posé.
Je me suis arrêtée,
pour me poser cette simple question.
J’ai cherché des réponses.

Cela dépend du moment.
Je vais parce que je suis dans l’action.
Je ne vais pas parce que je suis fatiguée.
Les derniers éléments, qui ont
ébranlé ma vie et ceux qui ont
changé notre monde,
m’ont fragilisé.

Je vais changer de travail,
de lieu de travail et d’organisation
tant professionnelle que privée.
Cela m’angoisse.
J’avance à petits pas
pour ne pas m’effrayer.

Partage

Commentaires

1. Le dimanche 13 décembre 2015, 13:00 par mirovinben

Comme Anthom, j’étais inquiet et étonné de ton silence ici ou ailleurs.

Merci pour ce billet.
Bises et bon courage en ces moments très/trop déstabilisants.

2. Le dimanche 13 décembre 2015, 22:23 par charlottine

Merci pour ces nouvelles et bon courage pour ces changements dans ta vie.

3. Le mardi 15 décembre 2015, 11:54 par Anthom

Courage moussaillon! J’aime bien ce vers de Verlaine:
“l’espoir luit comme un brin de paille dans l’étable”

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1895

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Le problème quand on a pas de mémoire

est de se demander où on l’a mise, dans l’ordi; la tablette; ou le smartphone.

Cycliste mitigée

Hier vers midi, je suis allée récupérer mon beau destrier bleu. Je l’ai trouvé immense. Il faut que je m’habitue aussi au rétropédalage. Le pire est d’arriver à faire du vélo dans Paris sans avoir peur. Sur les pistes cyclables, j’adore cette fausse sensation de liberté.

Tour Effeil vue de l'intérieur du musée du Quai Branly

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Dimanche 73

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Moral

Maux râles